Navigation – Plan du site
1. Éclairages théoriques

Fléchage synonymique ou analyse componentielle dans l’examen de la polysémie verbale ? affecter vs. compter

Jacques François
p. 65-78

Résumé

On cherchera ici à mettre en évidence la pertinence variable en fonction de l’objet d’étude de deux démarches antinomiques dans l’examen de la polysémie verbale. La première est synonymique (ou décompositionnelle) et se fonde sur une sémantique du continu (cf. Fuchs & Victorri, eds. 1994), la seconde est componentielle et se fonde au contraire sur une sémantique des oppositions discrètes. Au terme de l’analyse comparative, il s’avère paradoxalement que la démarche « continuiste » est plus éclairante pour un verbe à polysémie hétérogène comme affecter que pour un verbe à polysémie homogène (ou régulière) comme compter. La démarche « discrétisante » est toujours fiable, mais au prix d’un dépouillement impressionnant faisant appel à une double métalangue, sémantique et morphosyntaxique.

Haut de page

Texte intégral

1. Deux outils d’analyse aux vertus distinctes

1Pour se représenter l’organisation de la polysémie d’un verbe (désormais « V0 »), on peut adopter deux démarches de nature antinomique, l’une « continuiste », l’autre « discrétisante ». La première consiste à tirer parti des relations de proximité qu’entretiennent entre eux les (quasi-)synonymes de V0, c’est l’approche initialement proposée par Ploux & Victorri (1998) et développée par Manguin (1999) et François (2007) à l’aide du Dictionnaire Électronique des synonymes du CRISCO. La seconde consiste à effectuer une analyse componentielle sémantaxique – c’est-à-dire portant sur l’articulation entre la variété des constructions aux­quelles s’associe V0 et la variété des représentations sémantiques qu’il contribue à évoquer – c’est la démarche adoptée par Dubois & Dubois-Charlier dans la base de données lexicales qui est la source de leur dictionnaire Les verbes français (1997), cf. François, Le Pesant & Lehmann (dir. 2007). Dans cette approche, les synonymes ne jouent qu’un rôle secondaire, l’essentiel se jouant entre l’inventaire des constructions et celui des composants sémantiques qui interviennent dans le champ « Opérateur », ces deux inventaires déterminant conjointement l’attribution d’une classe syntactico-sémantique.

  • 1 La caractéristique originale de l’approche synonymique est qu’elle est souvent capable de dessiner (...)

2L’une ou l’autre démarche se révèle plus ou moins pertinente selon le degré d’accessibilité sémantaxique entre les différentes acceptions-constructions de V0 : A priori, quand ces acceptions délivrent un espace sémantique très hétérogène, la démarche componentielle et « discrétisante » de Dubois et Dubois-Charlier (1997) est plus adaptée. En revanche, quand l’espace sémantique de V0 est moins hétérogène, la démarche synonymique et « continuiste » s’applique favorablement1. L’analyse détaillée de la polysémie des deux verbes compter et affecter va cependant nous montrer que l’évaluation comparative des deux méthodes est plus délicate.

3Il ne peut être question ici d’entrer dans le détail de la polysémie des deux verbes retenus comme illustrations des deux démarches. Le verbe affecter a fait l’objet d’un premier examen dans François (1996) et d’un second avec les moyens du DES dans François (2007, pp. 119-133 et 157-263). Le verbe compter est étudié en détail dans François (à paraître).

2. La polysémie du verbe compter

2.1. Démarche synonymique

  • 2 Les liens synonymiques enregistrés dans le DES sont ceux fournis par sept dictionnaires source (cf. (...)

4Le Dictionnaire Électronique des Synonymes du CRISCO (abrégé DES) délivre 61 synonymes du verbe compter2, dont 52 font partie d’une même composante connexe et les 9 autres constituent 9 autres composantes connexes. L’appartenance à une même composante connexe signifie qu’entre ces 52 synonymes de compter, il existe au moins un chemin pour accéder par les liens intersynonymiques de n’importe quel synonyme à n’importe quel autre.

1 :

apprécier, attendre, avoir l’intention, calculer, chiffrer, comprendre, considérer, contenir, croire, dater, décompter, dénombrer, englober, entendre, entrer en ligne de compte, envisager, escompter, espérer, estimer, examiner, fonder, importer, inclure, introduire, inventorier, marquer, mesurer, nombrer, penser, peser, posséder, prendre, projeter, présenter, présumer, recenser, regarder, réputer, s’appuyer, s’attendre, se flatter, se promettre, se proposer, se targuer, songer, supposer, supputer, tabler, tenir pour, énumérer, évaluer, être important

2 :

avoir pour certain

3 :

avoir pour sûr

4 :

computer

5 :

exister

6 :

facturer

7 :

payer

8 :

précompter

9 :

se ranger

10 :

épargner

5Les 52 synonymes de la composante 1 entretiennent des relations intersynonymiques qui sont à la source des cliques de synonymes. Une clique de synonymes est le plus petit agrégat de synonymes entretenant tous deux à deux une relation de synonymie, ce qui confère à chacune le statut d’une coordonnée de sens dans l’espace sémantique de l’item examiné, en l’occurrence le verbe compter. Cet espace comporte autant de dimensions que l’item présente de synonymes, ici 61 dimensions. Le DES fournit par défaut la visualisation de cet espace sur le plan qui offre la meilleure répartition des cliques (le plan par défaut 1x2). Toutefois on ne peut pas s’attendre à ce qu’une visualisation plane d’un espace à 61 dimensions soit aisément lisible. On peut faire apparaître tous les synonymes et toutes les cliques, mais la visualisation sur le plan 1x2 par défaut peut suggérer des rapprochements ou des éloignements qu’infirmera une visualisation sur un autre plan. Il a été proposé antérieurement (cf. Manguin & François, dir. 2004) de tirer profit du fait que certains synonymes apparaissent dans une seule clique pour rechercher en priorité ces synonymes et passer en revue les plans de visualisation jusqu’à ce que la plupart de ces synonymes « extrêmes » occupent effectivement des positions extrêmes. Faute de place, je ne répertorierai que les 11 cliques « extrêmes », c’est-à-dire celles (de la composante 1) qui comportent un synonyme (encadré) qui ne figure dans aucune autre :

6Cette méthode peut être évocatrice, cependant elle reste aléatoire. Dans François (2007, chapitre 2) j’ai décrit une méthode d’identification des « foyers de polysémie » qui a recours à des outils plus sophistiqués (en particulier la matrice de coappartenance des synonymes aux cliques). Ici j’évoquerai une méthode moins technique, mais qui laisse subsister une part d’ombre. Dans le but de dégager des foyers de polysémie, elle consiste à repérer :

  1. quels synonymes apparaissent dans le plus grand nombre de cliques,

  2. l’environnement (dans les listes de synonymes constituant les cliques) de chacun des synonymes n’apparaissant que dans 1 ou 2 cliques (attendre ; entendre ; inclure ; inventorier ; recenser ; s’attendre ; se flatter ; se promettre ; songer ; tenir pour), et

  3. le cheminement permettant d’accéder des synonymes fréquents aux synonymes rares.

7Les synonymes les plus fréquents de compter sont, par nombre décroissant de cliques où ils figurent :

17

estimer

11

penser

10

considérer

8

croire ; espérer ; évaluer ; regarder

7

peser ; présumer

6

dénombrer ; examiner

5

apprécier ; escompter ; prendre ; réputer ; supputer

4

contenir ; envisager

8Comment relier les synonymes rares aux synonymes fréquents ? Les 17 synonymes figurant dans au moins 4 cliques donnent accès (par partage de cliques) à tous ceux qui figurent seulement dans 2 cliques et à la plupart des synonymes extrêmes à l’exception de dater, être important, fonder et s’appuyer (cf. tableau 1).

9Lorsqu’un synonyme rare co-occurre dans une ou plusieurs cliques avec plus d’un synonyme fréquent, on retient le synonyme le moins fréquent des deux en position intermédiaire et le plus fréquent en position de synonyme central. Par ailleurs, l’ubiquité du synonyme estimer (qui est un facteur d’indistinction) conduit à l’écarter comme représentant typique d’un foyer de polysémie. Il est de toute manière associé à trois des synonymes centraux, considérer, croire et penser, eux-mêmes interconnectés par le partage de plusieurs cliques. Il en résulte le tableau 2 qui dégage, par ces trois synonymes centraux, trois foyers de polysémie proches et un foyer complètement distinct caractérisé par contenir, lequel donne accès à inclure et englober.

Tableau 1 : Accessibilité par partage de cliques entre synonymes fréquents et synonymes rares de compter

Syn

Nombre Cliques

2 cliques

extrême

apprécier

5

entendre

considérer

10

songer ; tenir pour

contenir

4

inclure

englober

croire

8

attendre ; s’attendre

dénombrer

6

inventorier ; recencer x2

décompter

envisager

4

songer x2

projeter ; se proposer

escompter

5

attendre ; se promettre x2

se targuer

espérer

8

attendre x2 ; s’attendre ; se promettre x2

se targuer

estimer

17

tenir pour x2

évaluer

8

recenser

chiffrer

examiner

6

inventorier

penser

11

songer x2 ; s’attendre

avoir l’intention ; projeter ; se proposer ; se targuer

peser

7

entrer en ligne de compte

présumer

7

attendre ; s’attendre ; tenir pour

regarder

8

inventorier ; tenir pour x2

réputer

5

tenir pour x2

supputer

5

chiffrer

Tableau 2 : Les quatre foyers de polysémie de compter

synonyme central

intermédiaire

Périphériques (figurant dans 1 « * » ou 2 cliques)

inventorier

(1) considérer

regarder

tenir pour

songer

(2) croire

évaluer

recenser

chiffrer*

peser

entrer en ligne de compte*

espérer

se targuer*

se promettre

présumer

attendre

(3) penser

s'attendre

avoir l'intention*

projeter*

se proposer*

(4) contenir

inclure ; englober*

10Sur le nuage de points (correspondant aux cliques de synonymes) visualisant l’espace sémantique du verbe compter sur le plan 1x2, j’ai fait apparaître l’espace propre à chacun des synonymes intermédiaires et périphériques. Une partie du foyer (3) PENSER se situe dans le quart supérieur gauche (espérer, se targuer, se promettre, attendre, s’attendre). Présumer occupe dans le quart inférieur gauche une position intermédiaire entre ce foyer et le foyer (1) CONSIDÉRER avec des cliques partagées avec regarder et tenir pour. Avoir l’intention figure à son bord, tandis que songer, projeter et se proposer constituent un micro-espace particulier. Le foyer (1) CONSIDÉRER apparaît étroitement connecté dans le quart inférieur droit au foyer (2) CROIRE avec un enchaînement linéaire (sur ce plan) regarder> peser / entrer en ligne de compte > évaluer / chiffrer / inventorier > recenser. Quant au foyer (4) CONTENIR, il se situe dans le quart supérieur droit avec englober. Comment se fait-il que ce foyer ne donne pas lieu à une composante connexe distincte ? Car dans qc<x> englobe qc<y>, la relation entre <x> et <y> est de pur repérage spatial, sans agent ou expérient ni patient. L’explication tient au statut de verbe réversible que compter partage avec son synonyme peser : je peux peser des arguments, mais par eux-mêmes ceux-ci peuvent également peser plus ou moins lourd. Peser figure dans sept cliques. Dans six d’entre elles, il co-occurre avec estimer, le sujet grammatical assumant le rôle d’agent ou d’expérient :

1 :

apprécier, calculer, compter, estimer, mesurer, peser, évaluer

4 :

apprécier, compter, considérer, estimer, examiner, peser

5 :

apprécier, compter, estimer, examiner, peser, évaluer

12

calculer, compter, estimer, mesurer, peser, supputer, évaluer

21 :

compter, considérer, estimer, examiner, penser, peser, regarder

46 :

compter, estimer, examiner, peser, supputer, évaluer

11Mais dans la clique 39, il figure aux côtés de entrer en ligne de compte et importer, ce qui implique le partage de la construction qc<x> {compte / entre en ligne de compte / importe / pèse} (pour qn<y>) (dans qc<z>) :

39 :

compter, entrer en ligne de compte, importer, peser

12Dans cette clique, deux des trois verbes simples sont réversibles, c’est-à-dire que la construction transitive et causative ne se distingue sémantiquement de la construction intransitive et non-causative que par l’absence de prise en compte de l’agent. En revanche, il n’en est pas de même pour importer qui s’associe à une construction transitive qn importe qc qqpart et à une construction intransitive qc importe (pour qn) sans relation de réversibilité. Cependant cette propriété intempestive ne joue pas le rôle perturbant qu’on pourrait craindre, car dans la seule clique 53 : {compter, importer, introduire}, importer peut se comprendre comme prendre en compte, qui est bien le pendant causatif de entrer en ligne de compte. Sur la visualisation de l’espace sémantique de compter, les verbes et locutions verbales entrer en ligne de compte, être important (et à proche distance importer) et englober figurent dans le quart supérieur droit (cf. figure 1 page suivante).

2.2. Démarche componentielle

  • 3 Moyennant quoi plusieurs constructions peuvent constituer un schème composé de constructions en alt (...)

13La démarche adoptée par Dubois & Dubois-Charlier (1997) consiste à distinguer pour chaque verbe français une liste d’entrées (18 pour compter) sur la base de l’inventaire des constructions syntaxiques3 et de l’association à chaque construction (ou schème de constructions) d’un descriptif sémantique qui figure dans la rubrique « Opérateur » (cf. Tableau 1). La paire {construction(s), descriptif sémantique} permet le rangement de l’entrée lexicale dans une classe (2e rubrique), ce qui permet aux auteurs de présenter toutes les entrées par classes dans la version papier de 1997.

Figure 1 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe compter sur le plan 1x2

Figure 1 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe compter sur le plan 1x2
  • 4 La notation constructionnelle N1g se lit : transitive indirecte à sujet humain et objet introduit p (...)

14Le tableau 3 présente les 18 entrées lexicales de compter triées à partir de la rubrique Opérateur qui énumère les descriptifs sémantiques. On constate ainsi que, si certaines des entrées ont des descriptifs sémantiques sans aucune parenté, à savoir compter 18, 06, 07, 11, 01, 08 et 14, en revanche certains regroupements sémantiques se manifestent. Ainsi compter 02 et 03 ont des descriptifs très proches : « dic qc, qn+pl nbr » (dire de qc ou collectif humain le nombre), sens : dénombrer, et « dic qc, qn+pl suite » (dire de qc ou collectif humain la suite), Sens : énumérer reste. De même compter 04 et 10 partagent plusieurs constituants sémantiques : « lc qc DS compte » (localiser qc dans un compte), sens : faire entrer dans, et « lc qn DS groupe » (localiser qn dans un groupe), sens : avoir parmi d’autres. Quant aux entrées compter 12 et 13, elles partagent la paire de composants « sent espoir » et ne diffèrent que par une notation constructionnelle « Q/inf » (complétive / infinitive) pour compter 12 (sens : attendre que) vs. « SR » (préposition sur) pour compter 13 (Sens : espérer après)4.

Tableau 3 : Les 18 entrées lexicales du verbe compter dans LVF, triées par descriptif sémantique (rubrique Opérateur)

Tableau 3 : Les 18 entrées lexicales du verbe compter dans LVF, triées par descriptif sémantique (rubrique Opérateur)
  • 5 A16 : construction intransitive à sujet humain et à circonstant de manière privilégié ; la construc (...)
  • 6 La construction complémentaire A10 de l’entrée compter 05 correspond à un emploi absolu comme le mo (...)

15Le regroupement le plus important se fait autour du composant sémantique « val » (valeur), il concerne compter 05, 09, 15, 16, 17. Ce qui est particulièrement intéressant ici et que nous avons noté plus haut, c’est que les cinq entrées concernées se partagent en trois constructions de type A (intransitive)5 et deux constructions de type T1306 (transitive avec sujet humain, objet chose, pas d’objet second et circonstant privilégié de manière)6. Cette alternance T/A reflète la nature réversible du verbe compter. Les deux entrées de type T se voient attribuer comme Sens : calculer ; évaluer, tandis que les trois autres ont pour Sens : avoir de l’importance ; valoir ; avoir grande valeur. Cela signifie que pour les auteurs « val » est un descripteur neutre par rapport à la catégorie de la transitivité (notant soit valoir soit évaluer). Il est également à noter que les entrées compter 02 et 03 (dic qc, qn+pl nbr / suite) partagent la même construction T1700 (« transitifs avec objet direct pluriel ou collectif représentant une suite de noms humains ou non-humains »). Il en est de même pour compter15 et 17 qui partagent à la fois le définisseur val+qt et la construction A16 (« intransitifs à sujet humain, avec manière intégrée ou non au verbe »).

2.3. Comparaison

16Le tableau 4 (cf. page suivante) intègre le tableau 2 (les trois colonnes de gauche) et compare pour le verbe compter la hiérarchie des synonymes dégagée à partir des cliques de synonymes du DES avec les 18 entrées de LVF. A l’exception de l’entrée 07 (Sens : verser, débourser) très marginale, toutes les entrées peuvent être corrélées avec un synonyme périphérique de compter. Cependant on note une très grande disparité dans cette corrélation. D’un côté une entrée de LVF semble correspondre à plusieurs synonymes du DES, c’est le cas pour 12, 13 et 14. D’autre part un synonyme du DES peut correspondre à plusieurs entrées de LVF, par exemple chiffrer 01 ; 05 ; 06 ; 09, inclure/englober 04 ; 11 ; 18, entrer en ligne de compte 15 ; 16 ; 17.

17Il se confirme donc pour le verbe compter que la méthode synonymique – telle qu’elle a été pratiquée ici – surévalue ou sous-évalue certaines zones de la polysémie verbale en fonction du nombre variable de synonymes disponibles. L’avantage noté plus haut de se passer d’une métalangue sémantique est contrebalancé par la répartition disparate des synonymes.

3. La polysémie du verbe affecter

3.1. Démarche synonymique

18Je vais appliquer ici la même méthode qu’au §2.1 pour compter, méthode qui diffère par simplification de celle présentée dans François (2007 : 119-133). L’espace sémantique du verbe affecter compte selon le DES 72 synonymes répartis en trois composantes connexes, dont une composante isolée :

Tableau 4 : Comparaison entre la hiérarchie des synonymes du DES et les 18 entrées de LVF pour le verbe compter

synonyme central

intermédiaire

Périphériques (figurant dans 1 ou 2 cliques)

entrées LVF

inventorier

02 ; 03

(1) considérer

regarder

tenir pour

10

songer

 ?

(2) croire

évaluer

recenser

08

chiffrer*

01 ; 05 ; 06 ; 09

 ?

espérer

se targuer

13

se promettre

présumer

attendre

14

(3) penser

s'attendre

avoir l'intention*

12

projeter

se proposer*

(4) contenir

inclure ; englober*

01 ; (10) ; 11 ; 18

peser

entrer en ligne de compte

15 ; 16 ; 17

1 :

adjoindre, affaiblir, afficher, affliger, ajuster, altérer, appliquer, assigner, attacher, attaquer, atteindre, attribuer, attrister, avoir l’air, blesser, bluffer, bouleverser, chagriner, choisir, classer, composer, consacrer, contrefaire, crâner, destiner, déplacer, désigner, emprunter, faire montre, faire parade, faire semblant, feindre, frapper, grever, gêner, impressionner, imputer, installer, intéresser, jouer, marquer, mettre, mettre en place, montrer, muter, navrer, nommer, offrir, peiner, plastronner, pontifier, poser, prendre, prodiguer, présenter, prétendre, qualifier, rechercher, revêtir, réserver, révéler, se donner, se piquer, simuler, singer, titulariser, toucher, troubler, émouvoir

2 :

s’étudier, se composer 

3 :

spécifier

Parmi les 80 cliques de synonymes, 9 sont des cliques extrêmes. Le synonyme extrême est encadré dans chacune d’elles :

  • 7 Un synonyme A est superordonné à un synonyme B à deux conditions : (a) A et B cooccurrent dans au m (...)

19Adjoindre et réserver ont pour synonyme superordonné7 attribuer (9 cliques). La même relation de synonymie superordonnée vaut entre affaiblir et atteindre (8 cliques), choisir et désigner (7 cliques), offrir / faire parade et afficher (7 cliques), bluffer / faire semblant et simuler (11 cliques) et se piquer et prétendre (2 cliques). Atteindre et désigner ont eux-mêmes pour synonyme superordonné frapper (9 cliques) et prétendre se rattache à simuler (cf. Tableau 5).

Tableau 5 : Les 4 foyers de polysémie d’affecter

central

intermédiaire

extrême

frapper (9)

atteindre (8)

affaiblir

désigner (7)

choisir

offrir

afficher (7)

faire parade

adjoindre

attribuer (9)

réserver

bluffer

simuler (11)

faire semblant

prétendre (2)

se piquer

20Afficher et simuler ont en commun la clique 9 {affecter, afficher, simuler}, mais frapper et attribuer sont dissociés l’un de l’autre et d’afficher comme de simuler. Ils constituent donc quatre foyers de polysémie, qui apparaissent clairement dissociés sur le plan 1x3 de projection (cf. figure 2 page suivante).

3.2. Démarche componentielle

  • 8 L’appartenance de la forme être affecté au verbe affecter comme entrée affecter 10(ê) paraît contes (...)
  • 9 T13a0 : transitive à sujet humain, objet direct chose et objet indirect introduit par à, sans circo (...)

21Selon LVF, la polysémie du verbe affecter se décompose en 10 entrées8. Les entrées partageant un même définisseur sont rares : on ne compte que affecter 01 et 09 de la classe syntactico-sémantique D3b (« donner, attribuer qc abstrait à qn/qc ») qui partagent le définisseur dat (donner) et au surplus la même paire de constructions9, et affecter 06 et 07 qui partagent le définisseur ict (frapper), mais ces deux entrées sont rangées dans deux classes différentes, respectivement F2b (« attaquer ou toucher qn », Sens : concerner, toucher) et F1d (« blesser qn, son corps », Sens : affliger). Les définisseurs des 6 autres entrées sont tous différents et il serait difficile de leur trouver des traits communs (cf. Tableau 6, p. 76). Sur la base de ces descriptifs sémantiques, on est donc ici en présence d’une polysémie fortement hétérogène.

3.3. Comparaison entre les deux méthodes synonymique et componentielle

22Ici la disparité dans la corrélation entre synonymes du DES et cliques de LFV est beaucoup moins criante que pour le verbe compter. À l’exception de l’entrée rare affecter 03 ((qc) fac forme d, Sens : présenter forme de), chaque entrée peut être corrélée avec un synonyme extrême ou intermédiaire et le nombre d’entrées corrélées à un synonyme ne dépasse pas 2. Seule l’entrée affecter 05 (ind faux abs, Sens : feindre, afficher) est difficile à corréler, car afficher constitue un foyer de polysémie ainsi que simuler dont les emplois recouvrent ceux de feindre. C’est pourquoi, sur le tableau 7, affecter 05 est disposé aux deux niveaux d’afficher et de simuler-prétendre. Les flèches ↑ et ↓ constituent des renvois mutuels.

Figure 2 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe affecter sur le plan 1x3 mettant en évidence la dissociation entre les foyers de polysémie frapper, attribuer et afficher-simuler

Figure 2 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe affecter sur le plan 1x3 mettant en évidence la dissociation entre les foyers de polysémie frapper, attribuer et afficher-simuler

Tableau 6 : Les 10 entrées lexicales du verbe affecter dans LVF, triées par descriptif sémantique

Tableau 6 : Les 10 entrées lexicales du verbe affecter dans LVF, triées par descriptif sémantique

Tableau 7 : Comparaison entre la hiérarchie des synonymes du DES et les 10 entrées de LVF pour le verbe affecter

synonyme central

synonyme intermédiaire

synonyme extrême

entrées LVFl

frapper (9)

atteindre (8)

affaiblir

07 ; 08(s)

06

désigner (7)

choisir

02

offrir

05↓

afficher (7)

faire parade

adjoindre

04

attribuer (9)

réserver

01 ; 09

bluffer

10

simuler (11)

faire semblant

prétendre (2)

se piquer

05↑

4. Bilan comparatif

23Finalement, que la corrélation entre les synonymes du DES et les entrées de LVF soit plus satisfaisante pour affecter que pour compter (les entrées d’affecter se répartissant plus aisément parmi les classes constituées par la hiérarchie des synonymes) ne constitue pas un paradoxe dans la mesure où sur les quatre foyers de polysémie de compter, trois sont largement intriqués. Considérer partage 3 cliques avec croire et 4 cliques avec penser, lequel en partage 4 avec croire. Seul le synonyme contenir est dissocié, parce que son cadre prédicatif est différent (le sujet grammatical ne réfère ni à un agent ni à un expérient mais à un repère local et l’objet direct réfère à une entité localisée). La polysémie de compter est donc largement homogène, c’est-à-dire que la plupart des acceptions sont mutuellement accessibles, ce qui justifie dans le DES la présence de 52 des 61 synonymes dans la composante principale. En revanche, dans le cas d’affecter, le regroupement de 69 des 72 synonymes dans la composante principale est assimilable à un biais méthodologique qui résulte de la polysémie propre de plusieurs de ses synonymes majeurs. Deux des quatre foyers de polysémie, afficher et simuler, sont interconnectés, mais les autres sont dissociés : afficher-simuler ne partage aucune clique ni avec frapper ni avec attribuer, lequel n’en partage pas plus avec frapper.

24En conclusion, la méthode componentielle de LVF est fiable pour les deux verbes, mais elle implique le recours à une métalangue sémantique et indirectement à une métalangue morphosyntaxique, puisque la démarche de Dubois & Dubois-Charlier consiste à partir des constructions pour leur associer un descriptif sémantique (rubrique Opérateur) et établir sur cette base leur classement hiérarchique jusqu’aux 14 classes génériques. Résultat d’un travail de titan (25610 entrées caractérisées chacune par une valeur dans 10 champs), cette base de données lexicales présente cependant l’inconvénient de dissocier les entrées à l’extrême, faute d’un réseau de relations entre les descriptifs sémantiques (ou au moins les composants définisseurs). La méthode synonymique du DES se révèle finalement plus fiable pour affecter dont les foyers de polysémie sont dissociés (ils ne partagent pratiquement pas de cliques) que pour compter dont les foyers de polysémie sont interconnectés (de nombreuses cliques se partageant entre plusieurs foyers), mais au prix d’un paradoxe : des foyers de polysémie qui n’ont aucune clique en commun sont cependant regroupés dans une même composante principale.

25Comment cela est-il possible ? Prenons l’exemple des deux foyers afficher et attribuer qui sont respectivement superordonnés à deux groupes bien distincts de synonymes, les uns de valence 2 (qn ~ qc<abs>, ex. montrer, faire montre de, offrir, faire parade de, etc.), les autres de valence 3 (qn ~ qn/qc à qn/qc, ex. adjoindre, réserver, destiner, etc.). Ces deux groupes de synonymes devraient constituer deux composantes connexes, mais afficher figure dans la clique 5 aux côtés du synonyme mettre, lequel figure quant à lui dans les 4 cliques 22, 25, 26 et 40 auprès d’attribuer.

26C’est donc par l’intermédiaire de mettre, un verbe « fourre-tout », qu’afficher et attribuer font finalement partie d’une seule et même composante principale. Il est vrai que dans de nombreux cas, l’espace sémantique d’un verbe polysémique reste déchiffrable en dépit de la présence de synonymes soit « fourre-tout », soit fortement polysémiques, cependant il existe aussi des exemples de biais qui invalident un espace sémantique. Un exemple évident est le cas du verbe voler dont le DES regroupe l’essentiel des synonymes dans une même composante principale. La raison principale est la présence du verbe piquer qui est synonyme de voler-1 (se déplacer par les airs) dans Le pilote de chasse pique sur son objectif, et synonyme de voler-2 (dérober) dans On m’a piqué mon portefeuille. Dans ce cas particulier, il a suffi de décocher ce synonyme (et trois autres) pour qu’apparaissent deux composantes connexes distinctes correspondant aux deux sens classiques de voler (cf. François 2007 :108-9), mais cela présuppose un examen approfondi des cliques de synonymes et de ce fait l’approche synonymique de la polysémie verbale – quel que soit son intérêt sur le plan théorique, puisqu’elle s’appuie sur des relations brutes et non « raffinées » entre items lexicaux – ne peut pas être déclarée aussi fiable que l’approche componentielle, laquelle pourrait être assimilée à une vaste « raffinerie sémantaxique », chez Dubois & Dubois-Charlier (1997) comme également dans les travaux de lexicologie explicative et combinatoire autour d’I. Mel’čuk (cf. Mel’čuk & Polguère, 2006).

Haut de page

Bibliographie

Dubois, J. & Dubois-Charlier, F. (1997) : Les verbes français. Paris : Larousse. [Base de données lexicale accessible sur le site du laboratoire MoDyCo : http://www.modyco.fr/, rubrique « Ressources Dubois & Dubois-Charlier »]

Dutoit, D. & François, J. (2007) : « Changer et ses synonymes majeurs entre syntaxe et sémantique : le classement des verbes français en perspective », in : J. François, D. Le Pesant & D. Leeman (dir.) pp. 40-57.

François, J. (1996): « Semantische und syntaktische Gliederungskriterien in der Verbpolysemie – Entwurf eines Kalkülverfahrens am Beispiel von frz. affecter », in: E. Weigand & F. Hunsnurscher (eds. 1996), Lexical structures and language use, volume 2: Session Papers. Tübingen : Niemeyer, pp. 53-64.
— (2007) : Pour une cartographie de la polysémie verbale, Louvain : Peeters.
— (à paraître) : « La quantification sur le mode prédicatif : compter et ses synonymes, in : C. Schnedecker (dir.), Actes des Journées de Linguistique Rhénane 2007, Verbum, P.U.N.

François, J., Le Pesant, D. & Lehmann, D. (dir. 2007) : « Le classement syntactico-sémantique des verbes français », Langue Française 153.

Fuchs, C. & Victorri, B. (ed. 1994) : « Continuity in linguistic semantics », Lingvisticae Investigationes Supplementa 19, Amsterdam et al., Benjamins.

Manguin, J.-L. & Victorri, B. (1999) : « Représentation géométrique d’un paradigme lexical », Actes de la conférence TALN 1999, pp. 363-368.

Manguin, J.-L. & François, J. (dir. 2004) : « Le Dictionnaire Électronique des Synonymes du CRISCO – Un mode d’emploi à trois niveaux », Cahier n° 17 du CRISCO, Université de Caen [téléchargeable sur le site www.crisco.unicaen.fr]

Mel’Čuk, I. & Polguère, A. (2007) : Lexique actif du français, Bruxelles : De Boeck.

Ploux, S. & Victorri, B. (1998) : « Construction d’espaces sémantiques à l’aide de dictionnaires de synonymie », TAL 39, pp. 161-182.

Haut de page

Notes

1 La caractéristique originale de l’approche synonymique est qu’elle est souvent capable de dessiner un espace sémantique sans métalangue et sans tenir compte de la syntaxe, toutefois il suffit que certains des synonymes de V0 présentent eux-mêmes une polysémie diversifiée pour qu’ils occupent dans l’espace sémantique de V0 une place excessive et déforment irrémédiablement cet espace.

2 Les liens synonymiques enregistrés dans le DES sont ceux fournis par sept dictionnaires source (cf. François 2007, chapitre 1) qui ont été symétrisés afin de permettre le repérage des cliques de synonymes et le calcul de leurs interdistances.

3 Moyennant quoi plusieurs constructions peuvent constituer un schème composé de constructions en alternance sans variation sémantique notable pour les auteurs.

4 La notation constructionnelle N1g se lit : transitive indirecte à sujet humain et objet introduit par sur.

5 A16 : construction intransitive à sujet humain et à circonstant de manière privilégié ; la construction A36 en diffère seulement par le statut « chose » du sujet.

6 La construction complémentaire A10 de l’entrée compter 05 correspond à un emploi absolu comme le montre l’exemple On compte pour joindre les deux bouts.

7 Un synonyme A est superordonné à un synonyme B à deux conditions : (a) A et B cooccurrent dans au moins une clique et (b) A figure dans un plus grand nombre de cliques de V0 que B.

8 L’appartenance de la forme être affecté au verbe affecter comme entrée affecter 10(ê) paraît contestable.

9 T13a0 : transitive à sujet humain, objet direct chose et objet indirect introduit par à, sans circonstant privilégié ; P30a0 : pronominale à sujet chose et objet indirect introduit par à, sans circonstant privilégié.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Figure 1 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe compter sur le plan 1x2
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 3 : Les 18 entrées lexicales du verbe compter dans LVF, triées par descriptif sémantique (rubrique Opérateur)
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-3.png
Fichier image/png, 138k
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 2 : Visualisation de l’espace sémantique du verbe affecter sur le plan 1x3 mettant en évidence la dissociation entre les foyers de polysémie frapper, attribuer et afficher-simuler
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 6 : Les 10 entrées lexicales du verbe affecter dans LVF, triées par descriptif sémantique
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-6.png
Fichier image/png, 93k
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1291/img-7.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques François, « Fléchage synonymique ou analyse componentielle dans l’examen de la polysémie verbale ? affecter vs. compter », Pratiques, 141-142 | 2009, 65-78.

Référence électronique

Jacques François, « Fléchage synonymique ou analyse componentielle dans l’examen de la polysémie verbale ? affecter vs. compter », Pratiques [En ligne], 141-142 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://pratiques.revues.org/1291 ; DOI : 10.4000/pratiques.1291

Haut de page

Auteur

Jacques François

Université de Caen & Crisco, EA4255

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • Revues.org