Navigation – Plan du site

« Il fallut que je sois fusse… » : à la recherche d’un temps perdu (2001-2012)

“Il fallut que je sois fusse...”: In Search of a Lost Tense (2001-2012)
Bert Peeters

Résumés

«Mais vous croyez vraiment que je vais aller voir ma mère et lui dire il fallut que je sois fusse… Qu'est-ce qu'elle va comprendre?» lance Esméralda à son prof de français dans le film Entre les murs (2008). Le subjonctif imparfait continue néanmoins à faire parler de lui. Il bénéficie d’un intérêt médiatique que nous illustrons en reproduisant un échantillon des remarques souvent tendancieuses faites à son sujet dans un corpus de presse couvrant les années 2001 à 2012, ensuite en faisant valoir que ceux qui se servent du subjonctif imparfait sans chercher à en illustrer le caractère potentiellement incongru attirent en règle générale l’attention. Nous évoquons séparément les allusions qui étonnent, les usages qui détonnent et les usages qui divisent. Nous (re)posons également, avant de conclure, la question de savoir si le subjonctif imparfait a encore un avenir. Il va sans dire que l’intérêt des médias ne suffira pas à faire revivre le subjonctif imparfait: ce temps verbal aujourd’hui quasiment exclu de l’usage oral est condamné à rester condamné.

Haut de page

Texte intégral

1Quand, vers la fin de l’année 2005, Arnaud Montebourg quitte le Nouveau Parti socialiste (qu’il avait fondé trois ans plus tôt), plusieurs milliers de Français lui font parvenir des messages de soutien. Celui de Dany R. ne passera pas inaperçu : « Merci aussi pour votre maniement de l’imparfait du subjonctif », écrit-il, sans se douter que, le 17 décembre, ses mots seront reproduits dans un article de Libération intitulé « Mettre du rap dans le discours politique ». L’auteure de cet article, Joy Sorman, fournit le commentaire que voici :

On ne saura pas si Dany fait référence à un usage écrit ou oral de l’imparfait du subjonctif, on sait cependant que cette coquetterie de la concordance des temps a plutôt cours à l’écrit. À l’oral c’est vraiment too much, même si c’est exact du point de vue de la langue, et éventuellement agréable à l’oreille des gens de lettres. On notera que Dany parle de « maniement », maniement de la langue comme maniement des armes, du sabre ; dextérité et tradition.
Langue précieuse, désuète, élitiste, subtile, socialement marquée, langue happy few, langue exclusive qui exclut, langue séparatiste, langue fermée, langue d’avocat – Montebourg en plaidoirie l’emploie sans doute –, ça fait partie du jeu, mais certainement pas langue politique, langue publique, langue du plus grand nombre, langue claire, directe, précise et efficace, ouverte, informée et motivée, langue qui touche au but, langue qui a quelque chose à dire, langue qui dit ce qui et ce qu’on doit faire de ce qui est. À qui je parle quand je parle à l’imparfait du subjonctif ? À pas grand monde. Temps qui fige la langue, temps avec un grand « T », temps de LA France, de LA République, toutes deux éternelles, c’est bien connu, temps la main sur le cœur.

  • 1 Réalisé par L. Cantet en 2008 et basé sur le livre éponyme de F. Bégaudeau (2006). Les paroles d’Es (...)
  • 2 Voir par exemple Le Matin (Suisse), 31 aout ; Le Point, 18 septembre ; Ouest-France, 21 septembre ; (...)
  • 3 La scène a également retenu l’attention des spécialistes du cinéma (p. ex. : Strand, 2009), de la p (...)

2« Mais vous croyez vraiment que je vais aller voir ma mère, j’vais dire il fallut que je sois fusse ! Qu’est-ce qu’elle va comprendre ? » s’exclame par ailleurs, dans une scène du film Entre les murs1, Esméralda, indignée et moqueuse, devant les tentatives apparemment bien futiles d’un M. Marin résolu à enseigner le subjonctif imparfait à sa classe d’élèves défavorisés. Le cri de cœur d’Esméralda appartient à l’une des scènes les plus inoubliables du film – et pour cause : la presse en a souligné l’effet dramatique et la drôlerie2. Le réalisateur ne s’y est pas trompé quand il a décidé que ce subjonctif imparfait valait une scène relativement étoffée par rapport au traitement qu’il avait reçu dans le livre3.

  • 4 Pour une nouvelle approche du sort réservé à ce temps verbal, on verra maintenant l’étude de K. J. (...)

Le moins qu’on puisse dire, c’est que, depuis longtemps, le subjonctif imparfait n’a plus le vent en poupe4. En France et dans d’autres pays de la francophonie, la plupart des collégiens et des lycéens l’entendent probablement encore mentionner quelquefois au cours du curriculum (ainsi que l’illustrent la scène du film Entre les murs et le passage correspondant du livre), mais c’est un temps qu’ils ont du mal à maitriser, un temps qu’ils ne se voient pas utiliser et qu’ils ne retrouvent pratiquement nulle part, un temps qu’ils ne croient donc pas utile d’assimiler, un temps qui parait désormais plus ou moins relégué aux grammaires prescriptives, aux livres de conjugaison, aux dictées des concours et aux jeux de Scrabble. Toujours est-il que ce temps du temps jadis – dans la langue contemporaine, on le remplace le plus souvent par un simple subjonctif présent –, fait toujours parler de lui. Même au xxie siècle, le subjonctif imparfait continue à bénéficier d’un certain degré d’intérêt médiatique. Nous retraçons dans ce qui suit ce qu’il en reste dans le monde « réel », en nous intéressant particulièrement à la période 2001-2012, que nous avons essayé de reconstruire principalement grâce au dépouillement d’un corpus de presse franco-français contenu dans la banque de données Factiva (en ligne : http://www.factiva.com/​). Le corpus utilisé est de nature pour ainsi dire métagrammaticale, se limitant aux occurrences des termes subjonctif imparfait et imparfait du subjonctif. On cherchera donc en vain dans ce qui suit des spécimens représentatifs des emplois (relativement rares) de ce temps verbal qui passent inaperçus et ne font l’objet d’aucun commentaire, positif ou négatif. Le dépouillement n’est pas exhaustif, mais il entend certainement être représentatif. Nous évoquons séparément les allusions qui étonnent (1), les usages qui détonnent (2) et ceux qui divisent (§ 3). Nous (re)posons également, avant de conclure (5), la question de savoir si le subjonctif imparfait a encore un avenir (4).

1. Allusions qui étonnent

3Le subjonctif imparfait est souvent évoqué aux moments les plus inattendus. Certaines allusions sont tendancieuses et soulignent de façon indirecte que ce temps a perdu sa pertinence :

  • 5 M. Lindon, « Métro, guerre, dodo », Libération, 27/10/01.

Pour un enfant, c’est la période ou jamais d’avoir zéro en tout. Et, s’il se fait engueuler, il pourra toujours rétorquer à ses parents que c’est bien le moment d’apprendre l’imparfait du subjonctif alors qu’il y a la guerre en Afghanistan et que l’Occident est en danger.5

  • 6 F. De Bondt, « La grammaire, c’est la vie », Sud-Ouest, 29/11/06.

Toutefois, rassurons les parents, il n’entre manifestement pas dans les intentions des promoteurs de la réforme de rétablir l’usage de l’imparfait du subjonctif dans les classes primaires ou de mobiliser les verbes irréguliers en commençant par les plus rares.6

  • 7 C. Thévenoux, « Elle veut sauver le point-virgule », Ouest-France, 30/04/08.

À une époque où les journaux ont la manie de vouloir ramener chaque phrase à son expression la plus simple, sujet-verbe-complément ; de la raccourcir manu militari pour faciliter la tâche du lecteur pressé, le point-virgule pourrait bien rejoindre, au placard des remisés, l’ineffable imparfait du subjonctif que même Le Monde – refuge du classicisme éditorial – recommande à ses journalistes de ne plus employer.7

4D’autres se veulent plus ou moins spirituelles ; elles s’accompagnent parfois d’exemples concrets, corrects ou incorrects :

  • 8 C. Imbert, « D’un Corneille à l’autre », Le Point, 15/06/06.

Fini ! Nos classiques agonisent à domicile. Molière se défend encore bien, mais Corneille et Racine tirent leur révérence comme l’imparfait du subjonctif.8

  • 9 Tribune de Genève, 16/05/09. Après pour que, précédé d’un verbe principal au présent, on s’attend é (...)

Allez, je vous l’offre, cette recette de grand-mère, afin que vous retrouvassiez [sic] non pas l’imparfait du subjonctif, mais le goût des choses mitonnées avec amour.9

  • 10 Y. Bouchez, « Le Bescherelle, un manuel qui résiste au temps », La Croix, 11/10/10.

En 1843, dix ans après la loi Guizot organisant l’enseignement primaire, les grammairiens et lexicographes Louis-Nicolas et Henri-Honoré Bescherelle publient le « Dictionnaire des 8 000 verbes usuels de la langue française ». Difficile alors pour les frères d’imaginer que cent cinquante ans plus tard, leurs tableaux de conjugaison occuperaient l’esprit de millions d’écoliers. Encore eût-il fallu qu’ils fussent devins – les plus avertis auront remarqué l’usage du subjonctif imparfait.10

  • 11 Monsieur L’Ouie, « Mon côté punk la crête au vent », Centre Presse, 20/11/11.

Et le plus marrant, c’est que ces vieilles chansons, ça n’est pas dit qu’elles fussent un jour gravées sur du vinyl. Vous remarquerez ici l’emploi fort rare de nos jours de l’imparfait du subjonctif (certes, ça n’était pas nécessaire, c’est peut-être un peu « too much », mais c’était juste pour le plaisir).11

5Il y a aussi des allusions franchement loufoques :

  • 12 J.F. Butet, « Décalé », Le Progrès, 26 mai 2004.

« Attention, c’est parti pour six semaines de galère », hurlions-nous samedi dernier dans nos colonnes à propos d’un chantier qui devait démarrer en début de semaine, route de Macornay. Et d’en remettre une couche dans cette même rubrique lundi matin. Seulement, hier encore, il n’y avait pas plus de travaux à l’endroit sus évoqué que d’imparfait du subjonctif dans le discours d’un GI américain.12

  • 13 « Dis, c’était comment la vie avant ? », Ouest-France, 17/08/05.

Dans une autre pièce [du musée de Binic, B.P.], c’est un régiment de moulins à café qui se tient au garde à vous. Seulement, saviez-vous qu’il fut un temps où ces moulins-là moulurent bien autre chose que du café ? Quoi donc ? Attention, ceux qui calent devront conjuguer cent fois le verbe moudre à l’imparfait du subjonctif ! Eh bien de l’orge !13

  • 14 É. Launet, « On achève bien d’imprimer », Libération, 03/09/09.

Beaucoup d’écrivains ne se livrent à cet exercice du commentaire qu’avec réticence. Ils préfèreraient nous parler de leurs vacances, parfois même ils le font, mais alors sur ces pauvres bêtes s’abat le fouet de l’attachée de presse et de terribles invectives : « Mais tu vas parler de ta parfaite maîtrise de l’imparfait du subjonctif, bougre de salopard ! »14

  • 15 C. Jouanneau, « Pourquoi t’as tiré à côté ? », La Nouvelle République, 10/06/12.

Une mère à son fils : « Et pourquoi t’as tiré à côté du but, hein ? » Le môme sèche comme si on lui demandait de réciter le verbe être à l’imparfait du subjonctif.15

2. Usages qui détonnent

6Ceux qui se servent du subjonctif imparfait quand ils prennent la parole attirent souvent l’attention, soit parce que le recours au subjonctif imparfait ne correspond pas à ce qu’on s’attend à trouver dans la production orale de gens appartenant au milieu ou à la catégorie démographique ou socioprofessionnelle du locuteur, soit parce que l’usage de ce temps verbal détonne avec la personnalité du locuteur lui-même. Nous évoquons ci-après les cas de Pape Diouf et de Michel Fourniret.

2.1. Le subjonctif imparfait chez Pape Diouf

  • 16 J.-L. Pacull, « Des présidents qui jouent sur les mots », Le Parisien, 06/04/08.
  • 17 M. Henry, « Règlement de comptes à OM Corral », Libération, 17/01/09.

7Pape Diouf fut président de l’Olympique de Marseille de 2005 à 2009. Cet ancien journaliste sportif d’origine tchadienne, qui ne s’est établi en France que vers ses 20 ans, après avoir parcouru plusieurs pays africains, s’est souvent fait remarquer pour son emploi impeccable, voire châtié, du français. On a dit de lui qu’il « est sans conteste le roi de l’imparfait du subjonctif et de la concordance des temps »16. Michel Henry l’a qualifié de « haut-commissaire à l’imparfait du subjonctif ».17 Le même journaliste était allé plus loin quelques mois plus tôt ; il avait signalé ce qui ne devait pas manquer d’être une « terrible réalité » pour un certain Benoît XVI :

  • 18 Id., « Marseille-Liverpool : l'OM au banc d'essai », Libération, 16/09/08.

Il n’y a qu’un seul Pape sur terre. Et il marche sur l’eau du Vieux-Port en chaussures Berluti. Le Pape Diouf Ier, dit « l’Unique », peut commencer une phrase et la terminer trois jours plus tard sans se tromper dans un imparfait du subjonctif, ni exprimer de souverains poncifs.18

8Diouf lui-même n’a jamais caché sa fierté d’être si versé dans une langue qui n’est pas sa langue première, mais qu’il a apprise à Dakar. Curieusement, il nous a été impossible de localiser dans notre corpus des occurrences concrètes du subjonctif imparfait dans les propos de cette légende du football français.

2.2. Le subjonctif imparfait chez Michel Fourniret

9Ceux qui n’ont jamais entendu parler de Pape Diouf se rappelleront peut-être la publicité qui a entouré le procès de Michel Fourniret, ce serial killer qui, devant les juges, les avocats, les procureurs, les familles des victimes, devant tous ceux qui voulaient bien l’entendre (ou bien n’avaient pas le choix), s’adonnait à toutes sortes de prouesses linguistiques, et ce le plus souvent dans des mises en scène soigneusement échafaudées qu’il semblait être le premier et le seul à apprécier. Nous y avons consacré quelques remarques dans une autre étude, consacrée au stéréotypage du tueur en série dans un corpus de faits divers (Peeters, 2007), que nous nous permettons de reprendre et de mettre à jour ici.

  • 19 P. Tourancheau, « Fourniret, “un pervers calculateur et intelligent” », Libération, 03/07/04.
  • 20 A. Chemin, « Michel Fourniret, récits criminels à l’imparfait du subjonctif », 04/07/04.
  • 21 « Fourniret : on craint d’autres victimes », Ouest-France, 05/07/04.

À notre connaissance, Libération est parmi les premiers quotidiens de France à avoir rapporté la « manie du beau langage » de celui qu’on a appelé l’ogre des Ardennes ; on y retrouve, le 3 juillet 2004, les propos d’Yves Charpenel, procureur général de Reims, d’après qui Fourniret « tient un discours d’autant plus terrible qu’il s’exprime quasiment à l’imparfait du subjonctif pour relater des faits effroyables »19. Le lendemain, Le Monde fait état de trois cahiers retrouvés dans la cellule de Fourniret ; le tueur travaillait à ses mémoires, « horreurs au passé simple et aux imparfaits du subjonctif »20… Les notes du tueur en série « sont rédigées dans un style suranné et une langue impeccable où il ne manque pas un imparfait du subjonctif »21. En veut-on un exemple ? Il suffit de feuilleter l’hebdomadaire Le Point :

  • 22 J.-M. Décugis & W. Bradype, « Michel Fourniret : “Je suis pire que Dutroux” », Le Point, 08/07/04.

Allergique aux fautes de français, impitoyable avec les bulletins de son dernier fils, en échec scolaire, il jongle avec les plus-que-parfaits et les imparfaits du subjonctif. Comme si le récit froid des viols et des étranglements de fillettes était embelli par des « il fallut bien alors que je l’enterrasse... ».22

10C’est un exemple qui sera repris quelques jours plus tard dans le quotidien belge La dernière heure :

  • 23 « Crimes en série à l’imparfait du subjonctif », La Dernière Heure, 13/07/04.

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que le Français a une haute opinion de lui-même. Il a des lettres, ce monsieur. Et il aime les faire valoir, tout particulièrement aux yeux des enquêteurs belges. Il trousse le récit de ses viols et de ses étranglements dans des imparfaits du subjonctif: « Il fallut bien que je l’enterrasse. »23

11Une deuxième vague d’observations pertinentes déferle en 2008. En voici un échantillon :

  • 24 S. Détaille, « Michel Fourniret travaille pour l’histoire », Le Soir, 04/05/08.

Sans doute est-ce ce même souci qui le pousse à concevoir chacune de ses paroles comme une sentence susceptible d’être reprise dans les livres, à conjuguer l’horreur au subjonctif imparfait avec une préciosité dégoutante.24

  • 25 C. Perrin, « Les mots insupportables de Michel Fourniret », L’Union, 16/05/08.

[Michel Fourniret] est plus sentencieux que jamais. Capable de raconter les pires ignominies avec ses mots choisis et ses imparfaits du subjonctif.25

  • 26 M. Huret, « Fourniret : les mots et les mortes », L´Express, 22/05/08.

12Selon L’Express du 22 mai 2008, ce « brillant phraseur » multipliera pendant son procès « les répliques pédantes et les déclarations pompeuses » et « livre[ra] ses détails scabreux à l’imparfait du subjonctif, en docte technicien », dans une « éloquence perverse qui lui sert à briller et à se protéger »26.

3. Usages qui divisent

  • 27 R. Debray (2013) est une collection d’écrits antérieurs. Le passage cité remonte en fait à 2010 ; i (...)

13Dans les discours des politiques, les subjonctifs imparfaits devraient à première vue passer plus ou moins inaperçus. On aimerait croire qu’ils n’y ont rien d’extraordinaire, dans la mesure où les politiques, dans leurs discours, « s’expriment comme ça ». Or, en règle générale, il n’en est rien. À l’heure actuelle, les subjonctifs imparfaits ont pratiquement disparu du discours politique. Régis Debray n’est certainement pas le seul à avoir remarqué que la politique française elle-même n’est plus ce qu’elle était, notamment sous le général de Gaulle : « La dignité du politique et l’imparfait du subjonctif – écrit-il – font naufrage de concert, main dans la main » (Debray, 2013 : 263).27 Regardons-y de plus près.

  • 28 Sur l’imparfait du subjonctif chez Jean-Marie Le Pen, voir maintenant B. Peeters (à paraitre).

Impossible de ne pas évoquer, pour commencer, le cas de Jean-Marie Le Pen28. À la veille des élections présidentielles de 2007, Pierre Marcelle fit la constatation que voici :

  • 29 P. Marcelle, « On veut du sexe, on veut du sang ! », Libération, 27/02/07.

Quand la relève s’affiche générationnelle autant que politique (dans l’effacement supposé du « clivage droite-gauche »), il n’est pas surprenant que l’imparfait du subjonctif, connotateur de la vieillerie réactionnaire, n’ait plus droit de cité que chez Le Pen, très vieil homme de très droite... Rectifier cela. Ce n’est pas l’imparfait du subjonctif qui est réactionnaire et fascisant. C’est Le Pen.29

  • 30 « Quand Le Pen montre les dents… », Midi Libre, 8 avril 2007.
  • 31 Propos rapportés dans une dépêche de l’AFP, 15/01/11.

14Tandis que les uns ont souligné « la culture historique et littéraire, la richesse de vocabulaire et la maitrise de l’imparfait du subjonctif »30 de Jean-Marie Le Pen, d’autres ont discrédité le leader du Front national. Dans un éditorial publié dans Le Point du 28 janvier 2010, Bernard-Henri Lévy a dit de Jean-Marie Le Pen qu’il est un « ignare » dont « seul un usage immodéré de l’imparfait du subjonctif a pu faire croire aux naïfs qu’il avait, comme on disait jadis, “des lettres” ». Et quand, un an plus tard, Jean-Marie Le Pen a cédé la place à sa fille (qui n’a pas l’habitude du subjonctif imparfait), Jack Lang n’a regretté de lui que « la maitrise et le raffinement » de son langage : « C’est un populiste qui utilise l’imparfait du subjonctif, et les Français aiment que les hommes politiques parlent une belle langue »31. Il avait évidemment oublié qu’en son temps, Édouard Balladur soignait son langage et utilisait volontiers des subjonctifs imparfaits, sans que cela le rendît plus populaire ; on a l’impression que, dans son cas, les subjonctifs imparfaits ne faisaient que mettre en évidence une personnalité jugée des plus désagréables. La presse suisse de l’année 2002 comporte l’évaluation que voici :

  • 32 « Tout, sauf les meilleurs », Le Temps, 22/06/02.

Demandez aux Français, de droite ou de gauche : ils exècrent ce prétentieux de trop bonnes manières, cet hautain qui a le front de ne pas craindre l’imparfait du subjonctif, cet aristo sans particule, fils d’immigrés arméniens qui la joue vieille France et aurait bien relevé de la lanterne.32

  • 33 A. Bitton, « Lagarde : droite, trop droite », Le Point, 23/10/08.

15Christine Lagarde qui, en 2008, en tant que ministre de l’Économie, recourait au subjonctif imparfait en conférence de presse, se l’est vu reprocher33. Devenu président de la République, Nicolas Sarkozy, quant à lui, a longtemps évité tous les subjonctifs. Le 2 avril 2007, Éric Zemmour fit l’observation suivante dans Le Figaro, dans un article intitulé « Quand les mots battent la campagne » :

Jean-Marie Le Pen est le dernier candidat à utiliser à bon escient l’imparfait du subjonctif quand le simple présent du subjonctif semble déplaire à Nicolas Sarkozy. Alors même qu’il truffe tous ses discours de citations littéraires, l’ancien ministre de l’Intérieur bifurque souvent lorsqu’un subjonctif apparait à l’horizon, se tournant discrètement vers l’indicatif. Comme si le mode du doute, de l’hésitation, de l’incertain l’effrayait, et qu’il ne se sentait rassuré que dans l’indicatif, le mode de l’action et des certitudes.

  • 34 N. Schuck, « Sarkozy malmène le français », Le Parisien, 22/03/09.
  • 35 P. Alfroy & N. Puljak, « Après le remaniement, Sarkozy console, Fillon orchestre », Le Berry Républ (...)

16Cela a continué par la suite. En fait, des années durant, alors que Jean-Marie Le Pen était « capable de jongler avec l’imparfait du subjonctif », Nicolas Sarkozy a « malmené le français »34. Les médias se sont évertués à rappeler ses incorrections et ont souligné son incapacité à construire des phrases complexes avec une principale et des subordonnées. Les personnes chargées d’écrire ses discours n’ont jamais placé la barre très haut. Ensuite, le 16 novembre 2010, grosse surprise : Nicolas Sarkozy a « dégainé l’imparfait du subjonctif »35 pour chanter l’éloge de l’ex-ministre de l’Écologie, qui venait de quitter le gouvernement : « Un homme comme Jean-Louis Borloo est un homme de très grande qualité, j’aurais d’ailleurs souhaité qu’il restât au gouvernement ». La presse n’en revenait pas ; qu’était-il donc arrivé à leur président ? Les journalistes ont vite compris qu’il venait, un peu sur le tard, de prendre des mesures destinées à vendre une image « plus présidentielle » :

  • 36 F. Lenglet, « Quand Sarkozy l’Américain redevient français », La Tribune, 18/11/10.

Même la grammaire sert à faire de la politique. S’exprimant à la télévision mardi soir, le chef de l’État a utilisé à deux reprises l’imparfait du subjonctif. Un niveau de langage soutenu, inhabituel pour Nicolas Sarkozy, qui signe une nouvelle incarnation du président destinée à préparer sa réélection.36

17Il a fallu un linguiste, à savoir le regretté Jean Véronis, de l’Université Aix-Marseille, pour faire comprendre au peuple français que l’effort avait été des plus médiocres (on sait d’ailleurs que Nicolas Sarkozy n’a pas été réélu) :

  • 37 Propos recueillis par J. Jarrassé, « Sarkozy fait des efforts pour se présidentialiser», Le Figaro, (...)

Il fait visiblement des efforts pour se présidentialiser, pour soigner son niveau de langage. Seuls deux hommes politiques utilisent l’imparfait du subjonctif : Edouard Balladur et Jean-Marie Le Pen. Mais, chez eux, c’est naturel. Chez Nicolas Sarkozy, ça ressemble plus à un jeu d’acteur.37

  • 38 Propos recueillis par N. Cori, Libération, 06/01/11.

[Nicolas Sarkozy] sait qu’il doit se maîtriser pour gagner l’élection. Mais c’est artificiel. En dehors de certaines personnes âgées, plus personne aujourd’hui n’utilise l’imparfait du subjonctif. D’ailleurs, il y a eu plusieurs occasions au cours de cette interview télévisée où, s’il avait été cohérent, il aurait dû utiliser ce temps inusité. Mais il ne l’a pas fait.38

18Peut-on, de nos jours, impunément (c’est-à-dire sans se faire remarquer ou sans se faire condamner) recourir au subjonctif imparfait ? En règle générale, les écrivains le peuvent – mais sans exagérer (quoiqu’il y ait toujours des exceptions pour confirmer la règle ; voir ci-dessous). L’auteur belge Jean-Philippe Toussaint commente ainsi, en 2002, un pût qui s’est glissé dans son livre Faire l’amour (« l’absence de l’autre était sans doute la seule chose qui pût encore nous rapprocher », p. 25) :

  • 39 Propos recueillis par J.-B. Harang, « En belge dans le texte », Libération, 19/09/02.

Cet imparfait du subjonctif, c’est compliqué, on peut s’en permettre un ou deux, à la troisième personne du singulier, plus, ça ne passe pas.39

  • 40 Propos rapportés dans La Nouvelle République, 18/07/11.
  • 41 Propos recueillis par C. Denayrouse, Tribune de Genève, 08/09/12.

19Dans le département de l’Indre-et-Loire, l’écrivain Claude Tellier se plait à l’idée d’écrire « dans une langue comme la maitrisaient et la prisaient nos anciens : un petit imparfait du subjonctif de temps en temps ne fait de mal à personne ! »40. Pour Philippe Djian, l’emploi du subjonctif imparfait ne pose aucun problème : « On commence une phrase au passé simple et il surgit, naturellement. C’est pourtant une forme qui n’est plus répandue. Mais j’aime aller fureter là où les gens ne vont pas, ou plus »41.

Les usages abondants ne sont que rarement appréciés. On les condamne toutefois moins facilement sous la plume d’un membre de l’Académie française que chez d’autres auteurs. Un billet d’Anne Fohr intitulé « Subjonctif », publié dans le Nouvel Observateur du 30 septembre 2004 à l’occasion de la parution des Chevaliers du subjonctif, conte d’Érik Orsenna, s’ouvre de la façon suivante :

Imaginâtes-vous que le subjonctif imparfait pût encore avoir un avenir? Il se pourrait que certains d’entre vous en usassent à nouveau...

  • 42 « Une eau qui vagabonde et fait boire des propos très élogieux », Midi Libre, 02/11/06.
  • 43 Dépêche AFP publiée dans un grand nombre de quotidiens.
  • 44 « Jean Dutourd, la résistance joviale », La Croix, 19/01/11.

20« Bel imparfait du subjonctif », lit-on par ailleurs dans le Midi Libre42 en marge d’un éloge, attribué à Maurice Druon, de l’ouvrage Nizas, un village au fil de l’eau (2006). « On souhaiterait que chaque commune de France possédât un tel témoignage de ce qu’elle fut et de ce qu’elle est », aurait écrit le secrétaire perpétuel de l’Académie. Après la mort de Druon en 2009, Michel Vagner signalera dans L’Est Républicain (16/04/09) que l’auteur des Rois maudits avait « une voix qui maniait comme personne, même à l’Académie française, l’imparfait du subjonctif avec le ton d’un Sacha Guitry, éraillé par le tabac ». En janvier 2011, après le décès de Jean Dutourd, longtemps le président de l’association Défense de la langue française, la presse rendra hommage à « l’acrobate de l’imparfait du subjonctif »43 ; Sabine Audrerie, quant à elle, évoquera les « pirouettes à l’imparfait du subjonctif » que Dutourd a produites sur RTL, au grand plaisir de ses auditeurs44.

  • 45 « Amigorena, l’amour cannibale », Le Nouvel Observateur, 26/08/04.
  • 46 « Les années Fénelon », Le Figaro, 02/10/04.
  • 47 I. Martin, compte rendu de l’ouvrage Contredits, Le Temps, 28/12/02.
  • 48 Propos rapportés dans un article intitulé « Qu’elle est jolie ma rentrée littéraire », L’Hebdo, 21/ (...)
  • 49 D. Guiou, compte rendu de l’ouvrage de Jeanne Cordelier, Le Figaro, 22 novembre 2012.
  • 50 E. de Montéty, « Clopin-clopant », Le Figaro, 11/09/04.
  • 51 « Papa et maman sont des soixante-huitards », Le Figaro, 03/09/09.

En dehors de l’Académie, les avis tendent à être partagés. Prenons le cas de Santiago H. Amigorena, auteur d’origine argentine, mais qui écrit en français. Dans Le Premier Amour (Paris, POL, 2004), il « ne recule devant aucun imparfait du subjonctif, aucune grandiloquence grammaticale », observe Jérôme Garcin45. Et de poursuivre : « Et le lecteur, déshabitué de la ferveur, succombe. Avec un sourire d’ange ». Anthony Palou, par contre, écrit qu’Amigorena « n’hésite pas à abuser de l’imparfait du subjonctif », avant de conclure que l’écrivain « invente une esthétique du souvenir », et que « c’est beau »…46 L’auteur suisse Gaston Cherpillod, quant à lui, s’est vu reprocher « un style surtravaillé qui privilégie l’imparfait du subjonctif et le passé simple »47. Que n’a-t-il pas eu l’idée de mélanger les niveaux de langue ! C’est ce qu’a fait, dans plusieurs de ses ouvrages, Lydie Salvayre : « Personnellement, rien ne me fait plus plaisir que de mettre le mot couilles après un imparfait du subjonctif. L’un et l’autre s’en trouvent comme charmés »48. C’est aussi ce qu’a fait, tout récemment, Jeanne Cordelier, dans Escalier F (Paris, Phébus, 2012) : elle y déploie une « langue qui n’appartient qu’à elle où l’argot et le subjonctif imparfait s’entrelacent avec sensualité »49. L’humour et le subjonctif imparfait font parait-il de très bons copains. Patrice Pluyette, dans le roman Les Béquilles (Paris, Nadeau, 2004), « manie l’humour et l’imparfait du subjonctif, ce qui constitue un mélange savoureux »50. « Il est toujours délicat de conseiller un livre que l’on trouve amusant », écrit pour sa part Dominique Guiou au sujet du roman Les Arrangeurs (Paris, Gallimard, 2009) de Laurence Tellier-Loniewski51. Et de poursuivre : « On n’est jamais sûr de taper dans le mille. Ce qui fait sourire l’un laissera peut-être l’autre de marbre… Disons plutôt que le charme profond de ces pages provient de ce qu’elles sont écrites par un écrivain maniant avec brio l’humour et l’imparfait du subjonctif, tout en ayant gardé son âme d’enfant ». Monsieur Amédée, comédie en quatre actes d’Alain Reynaud-Fourton, a connu entre 2005 et 2008 un succès indéniable à Paris et en province : c’est l’histoire d’un professeur de français à qui l’imparfait du subjonctif vient tout naturellement, ce qui ne l’empêche pas de se retrouver dans un imbroglio où mauvais garçons, prostituées et autres adeptes du parler populaire se côtoient jusque dans son appartement. Les Aristos, comédie et second long-métrage de Charlotte de Turckheim (2006), est bourré de répliques les unes plus cinglantes que les autres où le verlan de la banlieue est constamment aux prises avec le subjonctif imparfait. Et sur France 2, il y a eu en 2008 une série policière, se déroulant au xviiie siècle, intitulé Nicolas Le Floch :

  • 52 R. G. & I. R., « Le Floch, flic des Lumières », Libération, 28/10/08. Cf. aussi A. Dassonville, « L (...)

On s’y éclaire à la bougie, on devine la crasse sous la poudre qui plâtre le visage des nobles et on y cause à l’imparfait du subjonctif. Scénariste et dialoguiste, Hugues Pagan, habitué du flic réaliste et contemporain, s’est visiblement plu à raconter la rousse d’alors où les flics disaient des trucs du genre : « Je saurais rien tolérer qui fût contraire à la loi ».52

  • 53 « Le langage fait le cadre », PME Magazine, 28/02/07.

21De quoi se demander si Véronique Dubois a raison de dire qu’un je crève la dalle « ne cohabitera jamais avec un subjonctif de l’imparfait »53. Tout dépend du but visé : informer ou bien faire rire.

  • 54 J. Garcin, « Tendance », Le Nouvel Observateur, 09/03/06.
  • 55 Cf. P. Marcelle, « Plume d’âne », Libération, 29/11/02.
  • 56 Propos recueillis par F. Dufay, « Michon au panthéon », Le Point, 27/09/07.

Finalement, il y en a toujours, aussi bien parmi les écrivains que parmi les critiques, qui trouvent que même un seul subjonctif imparfait est un subjonctif imparfait de trop. Dans Comment massacrer efficacement une maison de campagne en 18 leçons (Paris, Privat, 2005), Renaud Camus soutient que « si la façade est une page et la fenêtre un texte, la balustrade ajoutée est un pompeux subjonctif imparfait »54. Dans un Paris-Match paru en novembre 2002, Gilles-Martin Chauffier qualifie l’usage de ce temps chez l’écrivain Pierre Michon de « cuistrerie ».55 Michon dira plus tard : « Quand j’écris, c’est sérieux et ça ne l’est pas. J’allie dans le même mouvement le grand style et sa dérision, en en faisant trop, en étant emphatique, en introduisant un imparfait du subjonctif quand ce n’est pas nécessaire »56.

4. L’avenir du subjonctif imparfait

  • 57 Information glanée dans le billet d’A. Fohr cité ci-dessus. L’auteure décrit les membres du CORUPSI (...)
  • 58 Th.L., « Des bulles qui étaient coton », Sud-Ouest, 24/11/03.
  • 59 Cf. M. Jasor, « Le jargon d’entreprise mobilise les internautes », Les Échos, 18/01/11. D. Meunier (...)

22Le subjonctif imparfait peut-il être sauvé ? Connaitra-t-il un jour une renaissance, un regain de popularité ? La chose parait douteuse. Des tentatives de réhabilitation du subjonctif imparfait entreprises avec plus ou moins de sérieux à partir de 1996 par une association régie par la loi de 1901 appelée CORUPSIS (Comité pour la réhabilitation et l’usage du passé simple et de l’imparfait du subjonctif) furent abandonnées en 2003. Les membres de ce comité, qui avait ses quartiers dans le Sud-ouest, avaient certes l’intention de créer un nouveau site web en novembre 200457, mais ce site n’a jamais vu le jour et le président du CORUPSIS, Alain Bouissière, a cessé de communiquer avec la presse. C’est que la bataille semblait vouée à l’échec : même une revue telle Défense de la langue française, dont un représentant précisa en 2003 qu’elle « n’est plus la revue de vieilles birbes accros à l’imparfait du subjonctif »58, avait changé ses priorités. Toujours est-il que, depuis 2007, une version électronique d’A. Bouissière (1999), où sont documentées sous forme d’anecdotes, d’articles de presse et de lettres d’adhérents les premières années du CORUPSIS, est disponible en ligne. Quant à un dernier effort de faire renaitre le CORUPSIS de ses cendres en 2009, il ne semble pas avoir abouti. Le CORUPSIS n’est cependant pas immédiatement passé aux oubliettes ; en témoigne un appel fictif aux adhésions adressé en 2011 au quotidien Les Échos, qui – pour cause – ne l’a pas pris au sérieux59.

Est-ce à dire que le subjonctif imparfait aura bientôt disparu de la mémoire collective des francophones ? Ironiquement, ce sont sans doute l’incongruité, la lourdeur et la dissonance (pour ne pas dire la laideur) de la plupart des subjonctifs imparfaits qui garantiront qu’on continuera, non pas à en faire usage, mais à en parler. Le très érudit Claude Duneton observe, dans une colonne du Figaro, que le subjonctif imparfait fait rire depuis belle lurette :

  • 60 C. Duneton, « Romance subjonctive », 26 novembre 2009. On peut lire le texte complet de la colonne (...)

Le subjonctif fait rire – l’imparfait surtout, à cause de ses formes lourdes qui sonnent mal à la bouche aussi bien que sur la feuille. Les désinences asse, assions, et assiez, avec le â ouvert et long des siècles révolus, font une conjugaison à gros nez rouges de clown. « Ah ! fallait-il que je vous aimasse ! Ah ! fallait-il que vous me plussiez ! » sont des répliques de cabaret depuis... fort longtemps, en fait.60

23Le subjonctif imparfait deviendra, s’il ne l’est pas déjà devenu, un objet de curiosité et de ridicule – et de ce point de vue, il y a lieu de croire qu’un bel avenir lui est encore réservé. Il suffit pour s’en convaincre de penser à ce que donne le subjonctif imparfait de n’importe quel verbe comptant un minimum de trois syllabes. Un chroniqueur du Sud-Ouest (31/05/11) exprime ses objections au verbe candidater (on peut dire tout aussi bien postuler ou être candidat) et se met à conjuguer : « Je candidate, tu candidates… L’imparfait du subjonctif est cruel : que nous canditassions. Franchement, c’est vilain ». Ce n’est pas seulement vilain, c’est faux : la forme correcte est que nous candidatassions. Et que penser du néologisme se narcissiser sur lequel, le 21 octobre 2012, Pierre Bénard s’attarde pendant quelques instants dans sa chronique « Faut-il le dire ? », diffusée sur Canal Académie ? « Il est, en somme, heureux que l’imparfait du subjonctif soit tombé aux oubliettes. Imaginez à quoi, ainsi, nous échappons : “Il serait souhaitable, après ces lourds revers qui ont atteint votre ego, que vous vous renarcissisassiez” ». Pour d’autres exemples, on peut se rapporter à la chanson L’imparfait du subjonctif du groupe Chanson Plus Bifluorée (album Au bilboquet des planètes, 1999), où les incongruités, les lourdeurs et les dissonances signalées ci-dessus sont amplement illustrées. Les paroles de la chanson ne sont pas tout à fait originales : en fait, grands amateurs du pastiche, les membres du groupe se sont inspirés d’un poème qui remonte aux années 1870 et dont la paternité est incertaine61 ; ils en ont proposé un nouvel arrangement dont le texte est accessible sur Internet62.

  • 63 « Érik Orsenna : des mots et merveilles », Ouest-France, 22/09/04.

Ce qui, par ailleurs, permettra au subjonctif imparfait de survivre dans la mémoire collective des francophones, ce sont les « subtilités langagières assez captivantes » auxquelles il se prête, relevées notamment dans un article publié peu après la publication du conte Les Chevaliers du subjonctif d’Érik Orsenna : d’une part « le célèbre et néanmoins ambigu » Encore eût-il fallu que je le susse ; d’autre part, « ce sympathique bouillon sous-marin » Il eût été judicieux que je le leur écrivisse afin qu’ils le crussent assez63. L’histoire des écrevisses et des crustacés est innocente ; en revanche, l’homonymie de certaines formes de l’indicatif présent de sucer et du subjonctif imparfait de savoir rend celles-ci quasiment inutilisables si on veut éviter les gros éclats de rire des uns et les foudres (voire le foutre…) des autres. Une productrice de la télévision suisse-romande TSR rapporte pourtant, dans une lettre à la rédaction du quotidien suisse Le Matin (14/05/10), « le retour d’un temps que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaitre » ; elle poursuit :

L’autre jour à la télé, j’ai entendu un éminent économiste dire : « Encore eût-il fallu que je le susse ! » et ce sans le pudique sourire qui accompagne généralement la très osée conjugaison. J’étais bluffée ! Bluffée d’entendre un subjonctif de l’imparfait en pleine actualité sur la crise monétaire européenne. Parler aussi sérieusement du futur avec un subjonctif de l’imparfait, c’est avouer que le présent n’est pas simple, non ?

  • 64 « Enfants uniques », L’Express, 11/09/08.

24Marianne Payot, pour sa part, nous rappelle qu’il y a « ces instits adorés par leurs élèves, qui vous font décliner le verbe péter au subjonctif imparfait »64. Il est curieux que personne n’ait pensé à exploiter ces subjonctifs-là lors de la mise en scène du roman Entre les murs. Après tout, aussi bien dans le roman que dans le film, certaines élèves se voient traiter de pétasses. Une chance manquée…

5. Conclusion

25Si certains peuvent se permettre, sans trop de malheur, de continuer à glisser un ou deux subjonctifs imparfaits, peut-être plus, dans leurs discours ou écrits, d’autres qui font de même se feront immanquablement remarquer – et condamner. En outre, seules les formes les moins incongrues, les moins lourdes et les moins dissonantes du subjonctif imparfait ont encore la chance de se retrouver dans les productions langagières de certains usagers, ou plutôt dans certaines de leurs productions langagières ; les autres en ont été irrévocablement bannies. Ceux qui dérogent à cette règle et multiplient les subjonctifs imparfaits ou les contrastent avec beaucoup d’adresse avec des formes de la langue parlée, voire familière ou vulgaire, sont toujours à la recherche d’effets spéciaux. C’est grâce aux artisans du langage, semble-t-il, que le subjonctif imparfait survivra, du moins pour le moment, non pas comme une forme vivante, mais comme une relique. Il est d’ores et déjà exclu de la langue de tous les jours ; dans la mesure où il est relativement rare à l’écrit et pratiquement inusité à l’oral, il est condamné à rester condamné.

Haut de page

Bibliographie

Bégaudeau, F. (2006). Entre les murs. Paris : Verticales.

Bouissière, A. (2007) [1999]. Le Bar du subjonctif. Paris : Hatier. En ligne : www.ebooksgratuits.com/pdf/bouissiere_bar_du_subjonctif.pdf (consulté le 05/05/13).

Debray, M. (2013). Modernes catacombes : Hommages à la France littéraire. Paris : Gallimard.

Gueye, A. (2009). « The color of unworthiness : understanding blacks in France and the French visual media through Laurent Cantet’s The Class (2008) ». Transition 102, p. 158-171.

Kragh, K. J. (2010). Le Remplacement de l’imparfait du subjonctif par le présent du subjonctif considéré dans une perspective de grammaticalisation. København : Museum Tusculanum Press.

Künzli, A. & Ehrensberger-Dow, M. (2011). « Innovative subtitling ». In: Alvstad, C., Hild, A. & Tiselius, E. (eds), Methods and strategies of process research. Integrative approaches in translation studies. Amsterdam : John Benjamins, p. 187-200.

Léchenet, A. (2009). « Entre les murs : quelles nouvelles de la jeunesse ? ». Le Télémaque 35, p. 9-14.

Maulini, O. (2012). « L’école ou la vie ? Fausse alternative, vraies questions ». In: Wannack, E., Bosshart, S., Eichenberger, A., Fuchs, M., Hardegger, E. & Marti, S. (Hrsg.), 4- bis 12-Jährige. Ihre schulischen und außerschulischen Lern- und Lebenswelten. Münster : Waxmann, p. 149-164.

Meunier, D. & Rosier, L. (2012). « La langue qui fâche : quand la norme qui lâche suscite l’insulte ». Argumentation et analyse du discours 8. En ligne : http://aad.revues.org/1285 (consulté le 05/05/13).

Peeters, B. (2007). « Le stéréotypage du tueur en série dans un corpus de faits divers. Le cas de Michel Fourniret ». In: Boyer, H. (dir.), Stéréotypage, stéréotypes. Fonctionnements ordinaires et mises en scène, vol. 1. Média(tisation)s. Paris : L’Harmattan, p. 241-251.
— (à paraitre). « Jean-Marie Le Pen et l’imparfait du subjonctif ».

Strand, D. (2009). « Être et parler : being and speaking French in Abdellatif Kechiche’s L’Esquive (2004) and Laurent Cantet’s Entre les murs (2008) ». Studies in French cinema 9, p. 259-272.

Haut de page

Notes

1 Réalisé par L. Cantet en 2008 et basé sur le livre éponyme de F. Bégaudeau (2006). Les paroles d’Esméralda sont citées ici d’après la transcription réalisée par O. Maulini (2012).

2 Voir par exemple Le Matin (Suisse), 31 aout ; Le Point, 18 septembre ; Ouest-France, 21 septembre ; La Croix, Le Figaro, L’Humanité et L’Indépendant, 24 septembre.

3 La scène a également retenu l’attention des spécialistes du cinéma (p. ex. : Strand, 2009), de la pédagogie (p. ex. Léchenet, 2009 ; Maulini, 2012), de la traduction (p. ex. Künzli & Ehrensberger-Dow, 2011) et de la sociologie (p. ex. Gueye, 2009).

4 Pour une nouvelle approche du sort réservé à ce temps verbal, on verra maintenant l’étude de K. J. Kragh (2010).

5 M. Lindon, « Métro, guerre, dodo », Libération, 27/10/01.

6 F. De Bondt, « La grammaire, c’est la vie », Sud-Ouest, 29/11/06.

7 C. Thévenoux, « Elle veut sauver le point-virgule », Ouest-France, 30/04/08.

8 C. Imbert, « D’un Corneille à l’autre », Le Point, 15/06/06.

9 Tribune de Genève, 16/05/09. Après pour que, précédé d’un verbe principal au présent, on s’attend évidemment à un présent du subjonctif (retrouviez) ; la faute de concordance est vraisemblablement délibérée.

10 Y. Bouchez, « Le Bescherelle, un manuel qui résiste au temps », La Croix, 11/10/10.

11 Monsieur L’Ouie, « Mon côté punk la crête au vent », Centre Presse, 20/11/11.

12 J.F. Butet, « Décalé », Le Progrès, 26 mai 2004.

13 « Dis, c’était comment la vie avant ? », Ouest-France, 17/08/05.

14 É. Launet, « On achève bien d’imprimer », Libération, 03/09/09.

15 C. Jouanneau, « Pourquoi t’as tiré à côté ? », La Nouvelle République, 10/06/12.

16 J.-L. Pacull, « Des présidents qui jouent sur les mots », Le Parisien, 06/04/08.

17 M. Henry, « Règlement de comptes à OM Corral », Libération, 17/01/09.

18 Id., « Marseille-Liverpool : l'OM au banc d'essai », Libération, 16/09/08.

19 P. Tourancheau, « Fourniret, “un pervers calculateur et intelligent” », Libération, 03/07/04.

20 A. Chemin, « Michel Fourniret, récits criminels à l’imparfait du subjonctif », 04/07/04.

21 « Fourniret : on craint d’autres victimes », Ouest-France, 05/07/04.

22 J.-M. Décugis & W. Bradype, « Michel Fourniret : “Je suis pire que Dutroux” », Le Point, 08/07/04.

23 « Crimes en série à l’imparfait du subjonctif », La Dernière Heure, 13/07/04.

24 S. Détaille, « Michel Fourniret travaille pour l’histoire », Le Soir, 04/05/08.

25 C. Perrin, « Les mots insupportables de Michel Fourniret », L’Union, 16/05/08.

26 M. Huret, « Fourniret : les mots et les mortes », L´Express, 22/05/08.

27 R. Debray (2013) est une collection d’écrits antérieurs. Le passage cité remonte en fait à 2010 ; il figure dans la préface à la réédition, chez Perrin, des Grands discours de guerre du Général de Gaulle.

28 Sur l’imparfait du subjonctif chez Jean-Marie Le Pen, voir maintenant B. Peeters (à paraitre).

29 P. Marcelle, « On veut du sexe, on veut du sang ! », Libération, 27/02/07.

30 « Quand Le Pen montre les dents… », Midi Libre, 8 avril 2007.

31 Propos rapportés dans une dépêche de l’AFP, 15/01/11.

32 « Tout, sauf les meilleurs », Le Temps, 22/06/02.

33 A. Bitton, « Lagarde : droite, trop droite », Le Point, 23/10/08.

34 N. Schuck, « Sarkozy malmène le français », Le Parisien, 22/03/09.

35 P. Alfroy & N. Puljak, « Après le remaniement, Sarkozy console, Fillon orchestre », Le Berry Républicain, 19/11/10.

36 F. Lenglet, « Quand Sarkozy l’Américain redevient français », La Tribune, 18/11/10.

37 Propos recueillis par J. Jarrassé, « Sarkozy fait des efforts pour se présidentialiser», Le Figaro, 17/11/10.

38 Propos recueillis par N. Cori, Libération, 06/01/11.

39 Propos recueillis par J.-B. Harang, « En belge dans le texte », Libération, 19/09/02.

40 Propos rapportés dans La Nouvelle République, 18/07/11.

41 Propos recueillis par C. Denayrouse, Tribune de Genève, 08/09/12.

42 « Une eau qui vagabonde et fait boire des propos très élogieux », Midi Libre, 02/11/06.

43 Dépêche AFP publiée dans un grand nombre de quotidiens.

44 « Jean Dutourd, la résistance joviale », La Croix, 19/01/11.

45 « Amigorena, l’amour cannibale », Le Nouvel Observateur, 26/08/04.

46 « Les années Fénelon », Le Figaro, 02/10/04.

47 I. Martin, compte rendu de l’ouvrage Contredits, Le Temps, 28/12/02.

48 Propos rapportés dans un article intitulé « Qu’elle est jolie ma rentrée littéraire », L’Hebdo, 21/08/03.

49 D. Guiou, compte rendu de l’ouvrage de Jeanne Cordelier, Le Figaro, 22 novembre 2012.

50 E. de Montéty, « Clopin-clopant », Le Figaro, 11/09/04.

51 « Papa et maman sont des soixante-huitards », Le Figaro, 03/09/09.

52 R. G. & I. R., « Le Floch, flic des Lumières », Libération, 28/10/08. Cf. aussi A. Dassonville, « Le Maigret du siècle des Lumières », Le Parisien, même date : « L'exotisme n'aurait pas été complet si Nicolas Le Floch n'avait pas manié l’alexandrin, les doubles négations ou l’imparfait du subjonctif avec la même fluidité que le fleuret ».

53 « Le langage fait le cadre », PME Magazine, 28/02/07.

54 J. Garcin, « Tendance », Le Nouvel Observateur, 09/03/06.

55 Cf. P. Marcelle, « Plume d’âne », Libération, 29/11/02.

56 Propos recueillis par F. Dufay, « Michon au panthéon », Le Point, 27/09/07.

57 Information glanée dans le billet d’A. Fohr cité ci-dessus. L’auteure décrit les membres du CORUPSIS comme une « bande de lascars ».

58 Th.L., « Des bulles qui étaient coton », Sud-Ouest, 24/11/03.

59 Cf. M. Jasor, « Le jargon d’entreprise mobilise les internautes », Les Échos, 18/01/11. D. Meunier & L. Rosier (2012) rapportent l’existence, sur Internet, d’une Association de défense du subjonctif imparfait (ADSI) et d’un Comité de lutte contre la disparition de l’imparfait du subjonctif. Une recherche Google, effectuée le 5 mai 2013, n’a fourni que sept URL où la première est mentionnée en toutes lettres. Deux d’entre eux parlent de la création éventuelle d’une telle association, trois autres renvoient l’internaute au CORUPSIS ou bien à A. Bouissière (1999). L’accès au sixième est géré par un code d’accès et le septième… permet de retrouver l’article de D. Meunier & L. Rosier elles-mêmes. Les résultats sont encore plus décevants dans le cas du deuxième : un seul URL concernant une fois de plus l’article de nos deux collègues belges.

60 C. Duneton, « Romance subjonctive », 26 novembre 2009. On peut lire le texte complet de la colonne sur internet : http://www.lefigaro.fr/livres/2009/11/26/03005-20091126ARTFIG00432-romance-subjonctive-.php (consulté le 4 mai 2013).

61 Merci à Alain Thomas (comm. pers., 06/09/13) de nous avoir signalé que, contrairement à une opinion très répandue, l’auteur de la Complainte amoureuse (ou Épitre amoureuse d’un puriste) n’est probablement pas Alphonse Allais. Selon M. Buze (en ligne : http://michel.buze.perso.neuf.fr/ lavache/alphonse_allais_complainte_amoureuse_poeme_imparfait_subjonctif_paroles_chanson_romance_subjonctive_amour_passe_defini.htm ; consulté le 29/11/13), il s’agit d’un poème qui date d’avant 1875 et qui aurait d’abord été publié dans le Journal de Genève.

62 En ligne : http://www.paroles-musique.com/imprim.php?id=15512 (consulté le 29/11/13).

63 « Érik Orsenna : des mots et merveilles », Ouest-France, 22/09/04.

64 « Enfants uniques », L’Express, 11/09/08.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bert Peeters, « « Il fallut que je sois fusse… » : à la recherche d’un temps perdu (2001-2012) », Pratiques [En ligne], 167-168 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://pratiques.revues.org/2732 ; DOI : 10.4000/pratiques.2732

Haut de page

Auteur

Bert Peeters

Griffith University (Brisbane), Australian National University (Canberra)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • Revues.org