Navigation – Plan du site
2. Figures, texte, style
Figures et reconfiguration stylistique

De l’homme simple au style simple : les figures et l’écriture plate dans La Place d’Annie Ernaux

From the Simple Man to the Simple Style: Figures of Speech and Flat Writing in La Place of Annie Ernaux
Claire Stolz

Résumés

Le contexte de l’écriture plate voulue par Annie Ernaux favorise-t-il l’émergence de certaines figures, et réciproquement certaines figures participent-elles à la construction de ce contexte discursif particulier ? Pour répondre à ces questions, l’article resitue l’écriture plate revendiquée par La Place dans un champ stylistique historique et dans une théorisation rhétorique plus large ; puis il montre comment certaines figures construisent le contexte sociolectal que veut donner à voir l’auteur, et enfin comment la recherche de cette écriture plate et distanciée appelle certaines figures.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les références renvoient à La Place (Erneaux, 1984).

1A. Ernaux revendique en 1983 une « écriture plate » dans un passage célèbre de La Place1, rejetant toute écriture littéraire, qui trahirait la classe « dominée » à laquelle appartenait son père :

« Pour rendre compte d’une vie soumise à la nécessité, je n’ai pas le droit de prendre d’abord le parti de l’art, ni de chercher à faire quelque chose de “passionnant”, ou d’“émouvant”. […]
Aucune poésie du souvenir, pas de dérision jubilante. L’écriture plate me vient naturellement, celle-là même que j’utilisais en écrivant autrefois à mes parents pour leur dire les nouvelles essentielles » (p. 24).

2Cette écriture plate se situe donc dans une perspective sociologicorhétorique puisqu’il faut trouver une écriture qui soit en affinité, en convenance avec le sujet traité, en l’occurrence avec la réalité sociale du père.

  • 2 Terme utilisé par A. Ernaux (2011 : 33).

3Quelle peut donc être l’interaction des figures avec cette écriture autosociobiographique2, si l’on pense que d’un point de vue pragmatique, comme l’a montré M. Bonhomme (2005), les figures de style sont des phénomènes saillants, contrevenant donc à la platitude revendiquée ici ? Le contexte de l’écriture plate favorise-t-il l’émergence de certaines figures, et réciproquement certaines figures participent-elles à la construction de ce contexte discursif particulier ? Pour répondre à ces questions, nous commencerons par resituer l’écriture plate revendiquée par La Place dans un champ stylistique historique et dans une théorisation rhétorique plus large ; puis nous verrons comment certaines figures construisent le contexte sociolectal que veut donner à voir l’auteure, et enfin comment la recherche de cette écriture plate et distanciée, constituée, comme l’a montré A. Rabatel (2008b), en surénonciation de la narratrice, appelle certaines figures.

1. Contextes de l’écriture plate

4Le contexte littéraire et critique de la fin du xxe et du début du xxie siècles ont fait que cette écriture plate a été rapprochée de la notion d’« écriture blanche » proposée par R. Barthes (1953 : 58-61) à propos de L’Étranger de Camus ; et en effet, R. Barthes fait procéder cette écriture d’un « effort de dégagement du langage littéraire », d’une « écriture innocente », « qui perd tout recours à l’élégance et à l’ornementation », termes rhétoriques qui désignent notamment les figures :

« Toutes proportions gardées, l’écriture au degré zéro est au fond une écriture indicative, ou si l’on veut, amodale ; il serait juste de dire que c’est une écriture de journaliste, si précisément le journalisme ne développait en général des formes optatives ou impératives (c’est-à-dire pathétiques). La nouvelle écriture neutre se place au milieu de ces cris et de ces jugements, sans participer à aucun d’eux ; elle est faite précisément de leur absence ; mais cette absence est totale, elle n’implique aucun refuge, aucun secret ; on ne peut dire que c’est une écriture impassible ; c’est plutôt une écriture innocente. Cette parole transparente, inaugurée par L’Étranger de Camus, accomplit un style de l’absence qui est presque une absence idéale du style. […] L’écriture neutre retrouve réellement la condition première de l’art classique : l’instrumentalité. Mais cette fois, l’instrument formel n’est plus au service d’une idéologie triomphante ; il est le mode d’une situation nouvelle de l’écrivain, il est la façon d’exister d’un silence ; il perd volontairement tout recours à l’élégance et à l’ornementation, car ces deux dimensions introduiraient à nouveau dans l’écriture, le Temps, c’est-à-dire une puissance dérivante, porteuse d’Histoire […]. Malheureusement, rien n’est plus infidèle qu’une écriture blanche ; les automatismes s’élaborent à l’endroit même où se trouvait d’abord une liberté […] (ibid. : je souligne).

5A. Ernaux a réfuté poliment mais fermement lors d’un colloque sur les Écritures blanches cette définition de son écriture qui « dans La Place était tout sauf innocente » (Rabaté & Viart 2009 : 97-105) :

« Je suis une narratrice s’inscrivant explicitement dans le texte comme venant d’un milieu populaire et ayant acquis le langage et les instruments d’analyse de la culture dominante » (p. 100).

6Elle insiste sur l’importance du contexte sociologique comme fondement de l’énonciation :

« Il était impossible de ne pas dire d’où j’écrivais, comment j’écrivais et toutes les questions qui se posaient à moi parce que l’écriture est un acte social, que cet acte va entrer dans une société donnée » (p. 102).

  • 3 Sur cette crispation de grammaire prescriptive, voir G. Philippe (2002).
  • 4 Sur le débat sur l’existence et sur la signification d’une langue littéraire au xxe-xxie siècle, vo (...)

7Tout ce débat pour situer l’« écriture plate » d’A. Ernaux dans La Place par rapport à la notion d’« écriture blanche » de R. Barthes me parait utile à rappeler pour montrer qu’il n’était peut-être pas tout à fait pertinent, du moins du point de vue de l’intentionalité ernaldienne, et ce, pour deux raisons : certes, les deux protagonistes, R. Barthes et A. Ernaux, partagent une vision sociologique de la littérature, et c’est dans cette perspective que R. Barthes utilise le terme « écriture » dans Le Degré zéro de l’écriture ; mais pour l’un, il s’agit de la posture de l’intellectuel, qui doit porter haut les couleurs de l’intelligence et rejeter le conservatisme petit-bourgeois et à ce titre la langue littéraire marquée en particulier par son passé simple, par les prescriptions grammaticales3, et par les fleurs de rhétorique (d’où le rejet de « toute ornementation ») ; pour A. Ernaux, il s’agit de se poser non pas tant contre qu’en dehors de la « langue littéraire », avec tout ce que cette dernière expression comporte comme imaginaire langagier4 pour elle, qui y voit un instrument de la classe dominante, dominante non seulement par son argent mais aussi par sa culture. Elle insiste sans cesse sur cette dimension sociologique voire ethnologique et politique de son œuvre et de ses choix d’écriture, qui l’obligent à un travail intense :

« Refuser de prendre d’abord le parti de l’art ». Le « d’abord » est important : il signifie qu’il y aura un grand travail sur le texte, un désir de perfection ; c’est proclamer la dignité de toute existence et de toute culture. L’écriture plate, c’est l’écriture ethnologique […].
On aura compris que le choix de l’écriture de La Place, c’est le choix de m’immerger dans la vision et les limites du monde de mon père, de mon premier monde. On aura aussi compris à quel point il s’agit d’un choix qu’on peut nommer politique au sens de modifier les hiérarchies sociales » (Rabaté & Viart, 2009 : 99).

  • 5 « Tout ce que je sais, c’est que ce livre [La Place] a inauguré comme je l’ai dit une posture d’écr (...)

8De telles déclarations montrent assez qu’A. Ernaux est donc dans une « posture d’écriture5 » qu’on peut dire rhétorique au sens le plus noble du terme, c’est-à-dire en tant que production d’un discours conçu dans un contexte social pour agir sur la société, c’est-à-dire discours politique : tout en se plaçant sur une scène d’énonciation littéraire, elle met en place une scénographie sociale et politique, une scénographie infralittéraire, « en dessous de la littérature », comme elle le revendique (Ernaux, 1988 : 23), « à la croisée de l’autobiographie littéraire et de ce que les sociologues nomment l’auto-(socio)analyse » (Charpentier, 2006).

  • 6 C’est Jean de Garlande qui la formalisa précisément au xiiie siècle.
  • 7 Voir l’exposé de C. Guérin, lors du séminaire Textyle 2012-2013, « La simplicité dans la rhétorique (...)
  • 8 Un Cœur simple de Flaubert fait jouer avec maestria cette polysémie.
  • 9 « Car, à la manière de ceux qui veulent prévenir tout regard condescendant sur leur famille, j’anno (...)

9C’est pourquoi, il a semblé intéressant d’aborder la question des figures dans l’écriture plate de La Place en recourant à la vieille catégorisation rhétorique des niveaux de style, et singulièrement à celle du style simple, genus humile. L’écriture plate, « écriture ethnologique », rejoint en effet la traditionnelle classification de la roue de Virgile, enseignée depuis le Moyen Âge6, qui proposait une tripartition stylistique sociologique en conseillant le style simple pour décrire et faire parler le berger attaché à ses seuls troupeaux (pastor otiosus), le style moyen à propos du paysan laborieux (agricola) et le style élevé pour le guerrier (miles dominans, expression ernaldienne avant l’heure !). Cette tripartition s’appuyait sur le grand principe aristotélicien de nécessaire adaptation du style au sujet traité, ce qui nous ramène très exactement à la préoccupation d’A. Ernaux. Dès l’Antiquité, le style simple apparaissait comme signifiant de la stratification sociale, dans une double direction paradoxalement opposée, populaire par son peu d’ornement, noble par son resserrement et sa concision7. En français contemporain, l’adjectif simple, polysémique, ouvre sur plusieurs champs sémantiques8 : logique et cognitif (non complexe, clair), moral (sincère, transparent), esthétique (sans ornement voyant), mais aussi psychologique (simple d’esprit), social et sociolectal (les gens simples). Si A. Ernaux préfère « plate » à « simple », c’est que justement l’adjectif simple est à ses yeux chargé de connotations sociales9, marquant une sur-énonciation de la classe dominante dans laquelle, jeune étudiante, elle entre grâce à la réussite de ses études de sorte qu’elle

« émigre doucement vers le monde petit-bourgeois.[…] Mon père est entré dans la catégorie des gens simples ou modestes ou braves gens » (p. 79-80).

  • 10 La plus ancienne définition un peu conséquente de la tripartition stylistique se trouve dans La Rhé (...)
  • 11 Pour une synthèse de la position cicéronienne sur les niveaux de style et en particulier sur l’arti (...)

10La tradition10 considère que le style simple, par sa clarté, convient aux énoncés informatifs, et Cicéron11 montre bien déjà que ce type de style est facilement à la frontière du littéraire et du non littéraire :

« Les orateurs du genre simple ont de la finesse et de la netteté ; ils se contentent d'instruire et d'éclairer sans rien agrandir ; ils s’expriment avec délicatesse, rapidité, pureté ; mais, dans ce genre encore, les uns sont ingénieux sans être élégants, et affectent un langage sans étude et sans art ; les autres ont dans leur simplicité plus de politesse, plus de grâce, et admettent quelques fleurs, quelques ornements » (Orator, VI).

11Le style simple n’exclut pas les figures, même si elles doivent être moins voyantes que dans les deux autres styles :

« Tous les styles de discours, le style élevé, le moyen, le simple sont embellis par les figures de rhétorique […]. Disposées avec parcimonie, elles rehaussent le discours comme le feraient des couleurs. Placées en trop grand nombre, elles le surchargent » (Rhétorique à Herennius, 1997 : IV, 16).

  • 12 « Le genre [= le style] intermédiaire aura plus fréquemment recours [que le style simple] aux métap (...)

12Le genre moyen a droit aux tropes, en particulier à la métaphore ; le style élevé, lui, cultive les grandes figures de la personnification, de l’apostrophe oratoire, de la prosopopée, de l’amplification et de l’hyperbole12. Le style simple n’a pas de figures qui lui soient spécifiquement attachées, mais il ne les exclut pas : tout est affaire de contexte et sans doute aussi de contextualisation…

2. Figures contextualisantes : la construction d’un sociolecte et d’une représentation « ethnologique »

  • 13 A. Rabatel (2008b : 254 sqq.) a montré comment est donnée, « à travers l’emploi d’îlots textuels, l (...)

13Certaines figures permettent à A. Ernaux de faire passer le sociolecte de son milieu d’origine ; il s’agit de clichés qui sont en général des stéréotypes d’expression mettant en œuvre des figures microstructurales, stéréotypes qu’elle souligne par la connotation autonymique ajoutée grâce à des guillemets, des italiques avec des énoncés modalisés comme discours seconds et donc distanciés13 ; pour une autre part, il s’agit d’expressions non figées, mais utilisant des figures qui peuvent être macrostructurales comme l’hyperbole, mais qui, étant révélatrices d’un ethos sociologiquement marqué, participent à la construction d’une représentation « ethnologique ».

14Pour les figures microstructurales entrant dans des stéréotypes d’expression, on note évidemment des figures d’analogie, comparaison, métaphores, métonymies, par exemple. Parce qu’il s’agit de réalisations stéréotypées, elles ne sont pas ressenties comme des figures de rhétorique ou de style par leur locuteur, dans ce milieu qui, n’ayant pas accès à la culture « dominante », « n’y prenait jamais un mot pour un autre » (p. 46) ; tout au plus s’agit-il d’expressions dont on sait bien sûr qu’elle détournent le sens propre, et qui constituent plutôt des figures du discours, par exemple du discours de colère, comme l’insulte « Espèce de grand piot » (p. 28), en italique signalant l’autonymie, glosée immédiatement par la narratrice au moyen d’une parenthèse « (nom du dindon en normand) » ; cet exemple présente l’intérêt supplémentaire de montrer que le plurilinguisme au sens bakhtinien sert aussi à signaler le décalage non moins discursif que rhétorique : en effet, l’expression a pour locuteur non pas le père, mais le grand-père d’A. Ernaux et construit ainsi le sociolecte d’une réalité linguistique et sociologique encore plus éloignée de celle de la narratrice, et ressentie par son père comme un marquage social dévalorisant :

« Pour mon père, le patois était quelque chose de vieux et de laid, un signe d’infériorité. Il était fier d’avoir pu s’en débarrasser en partie, même si son français n’était pas bon, c’était du français. […] Quand le médecin ou n’importe qui de haut placé glissait une expression cauchoise dans la conversation comme « elle pète par la sente » au lieu de « elle va bien », mon père répétait la phrase du docteur à ma mère avec satisfaction, heureux de croire que ces gens-là, pourtant si chics, avaient encore quelque chose de commun avec nous, une petite infériorité. Il était persuadé que cela leur avait échappé » (p. 62-63).

15La métaphore scatologique lexicalisée est aussi utilisée par les parents de la narratrice qui, par l’italique, l’associe elle aussi à une marque diastratique :

« Leitmotiv, il ne faut pas péter plus haut qu’on l’a » (p. 59).

  • 14 « Je me tiens au plus près des mots et des phrases entendues, les soulignant parfois par des italiq (...)
  • 15 Voir l’article mouchoir dans le TLFI.

16D’autres expressions tropiques sont ainsi soulignées par la connotation autonymique de l’italique14 ou des guillemets : des métaphores verbales, comme « retomber ouvriers » (p. 39) ou « manger le fonds » (p. 41), « ne pas s’encroûter » (p. 88), « Elle lui faisait la guerre pour qu’il retourne à la messe » (p. 43), métaphores nominales in praesentia « Il disait, “c’est une tuile” » (p. 86), « Ton père, regarde-le, c’est un coq en pâte » (p. 91) ou bien in absentia « Fierté de ne rien laisser paraître, dans la poche avec le mouchoir par-dessus » (p. 99) : il s’agit toujours de métaphores concrétisantes, plus ou moins lexicalisées, et qui sont en italique quand elles fonctionnent comme marqueur sociolectal : référant directement à la classe sociale décriée des ouvriers ou à la catastrophe du monde commerçant, la faillite ; la métaphore du mouchoir qui est lexicalisée et répertoriée par les dictionnaires de langue populaire depuis le xixe siècle15 et qui signifie « accepter une humiliation sans broncher », est ici un marqueur sociolectal du fait de la connotation vulgaire associé au référent non pas du mouchoir en lui-même, mais du mouchoir dans la poche, qui est sa place dans le costume du paysan, de l’ouvrier ou du petit commerçant, alors que le bourgeois arbore le mouchoir comme un accessoire de mode dans la pochette du veston.

  • 16 Voir l’article de C. Rouayrenc (2006) qui souligne la proximité entre les deux figures.
  • 17 Les guillemets marquent, en plus de la connotation autonymique, la non-coïncidence des points de vu (...)

17Et surtout, on trouve, en résonance avec le titre de l’œuvre, tout un réseau métaphorique et sylleptique (voire d’antanaclase16) autour du mot place : « Il cherchait à tenir sa place. Paraître plus commerçant qu’ouvrier. » (p. 45) ; « la peur d’être déplacé, d’avoir honte » (p. 59) ; « aucune de ces personnes “haut placées” auxquelles mon père avait eu affaire pendant sa vie ne s’étaient dérangées » (p. 20). Dans ces occurrences, la connotation autonymique marquée par l’italique17 indique qu’il s’agit des mots du père ; mais le terme revient lors de l’évocation des obsèques, cette fois sans connotation autonymique attribuée (je souligne) :

« Mon mari est arrivé le soir, bronzé, gêné par un deuil qui n’était pas le sien. Plus que jamais, il a paru déplacé ici. On a dormi dans le seul lit à deux places, celui où mon père était mort » (p. 19).

18Dans toutes ces occurrences, sauf dans le syntagme « le seul lit à deux places », le mot place et ses dérivés sont pris au sens figuré par métaphore de rang social, le père cherchant à paraitre sous le jour de l’appartenance à la classe sociale, pour lui supérieure, d’un commerçant et non à celle, dégradante à ses yeux, d’un ouvrier, tandis que le mari de la narratrice, trop visiblement bourgeois, n’est pas non plus en harmonie avec la situation sociale de ses beaux-parents ; et pourtant le tout se résout si l’on peut dire dans le « lit à deux places » qui, dans un symbole digne d’une peinture de vanités, n’est autre que le lit mortuaire du père, rappelant l’humaine condition commune, par-delà les différences sociales.

19Dans cet exemple autour du mot place, les figures microstructurales à l’œuvre jouent sur la confrontation de points de vue (Rabatel, 2008) et non sur le sociolecte, autrement dit sur la représentation sociale plus que sur la représentation sociolectale, dans un dialogisme interdiscursif mis à nu par la narratrice, et c’est ce dialogisme interdiscursif induit par les figures qui crée le contexte sociologique marqué par la dualité dominés/dominants dénoncée par A. Ernaux.

20Les figures macrostructurales utilisées par les parents et signalées en connotation autonymique par l’italique participent aussi à la construction de ce contexte : ainsi en est-il de la litote (« sa femme ne riait pas tous les jours », p. 25, « décidé maintenant à profiter un peu de l’existence », p. 90), de l’hyperbole-adynaton (« La grippe, moi, je la fais en marchant », p. 58), de la périphrase (« s’il t’arrive un malheur » pour « tomber enceinte », p. 106), toutes ces figures construisent ce contexte social de gêne, voire de misère, et de crainte du jugement de la société.

21Autrement dit, toutes ces figures contextualisantes ont vocation à reconstruire le monde d’A. Ernaux enfant, et donc à déterminer le contexte sociologique dans lequel se situe l’œuvre comme elle le revendique à plusieurs reprises ; mais elles aussi ne sont compréhensibles que dans un contexte dialogique, mis en évidence par la narratrice au moyen de la connotation autonymique fortement signalée par l’italique : c’est parce qu’elle est passée dans le monde des dominants, parce qu’elle en possède le langage, que ces figures se distinguent dialogiquement comme marqueurs sociolectaux.

22La preuve en est que la narratrice prend à son compte quelques métaphores qui présentent un marquage littéraire, et qui fonctionnent par contraste comme des révélateurs :

« Il me conduisait de la maison à l’école sur son vélo. Passeur entre deux rives, sous la pluie et le soleil » (p. 112).

23La métaphore choisie appartient au monde de la culture dominante, l’expression passeur entre deux rives faisant allusion au nocher des Enfers.

24De même, pour évoquer le cadavre paternel, les métaphores faisant appel aux fleurs ou aux oiseaux ont inévitablement une connotation poétique, même si le cotexte opère une réorientation dysphorique presque baudelairienne :

« Dans son costume bleu sombre, lâche autour du corps, il ressemblait à un oiseau couché » (p. 16).
« L’odeur […] relent doux puis terrible de fleurs oubliées dans un vase d’eau croupie » (p. 17).

25Et la narratrice, arrivée à la fin du livre, utilise une métaphore filée qui tend à l’allégorie, en complet contremarquage avec la langue de ses parents, pour faire le bilan de son entreprise d’écriture, assumant ainsi une énonciation surplombante, une surénonciation, comme l’a bien montré A. Rabatel (je souligne) :

« J’ai fini de mettre au jour l’héritage que j’ai dû déposer au seuil du monde bourgeois et cultivé, quand j’y suis entrée » (p. 111).

26Autrement dit, dans le cas qui nous occupe, c’est le dialogisme interdiscursif et particulièrement le dialogisme interdiscursif des figures microstructurales, qui construit le contexte du double monde dans lequel évoluent la jeune fille et l’ouvrage.

27Réciproquement, ce contexte se révèle aussi contraignant pour l’émergence de certaines figures.

3. Un contexte contraignant pour l’émergence de certaines figures

28Un des gros problèmes rencontrés par A. Ernaux pour l’écriture de La Place, est la question de la distance, distance sociale qui va l’obliger à une surénonciation, pour verrouiller finalement les possibilités d’évaluations négatives du monde qu’elle peint, pour réparer ce qu’elle vit comme une trahison :

« Je voulais dire, écrire au sujet de mon père, sa vie, et cette distance venue à l’adolescence entre lui et moi. Une distance de classe, mais particulière, qui n’a pas de nom. Comme de l’amour séparé » (p. 23).

29Aussi certaines figures sont appelées ou bien au contraire sont désamorcées ou rejetées par ce contexte de dualité sociale.

30C’est ainsi que l’ironie et même sa forme douce de l’hypocorisme sont refusées, et surtout désamorcées par les commentaires métadiscursifs :

« Je travaillais mes cours, j’écoutais des disques, je lisais, toujours dans ma chambre. Je n’en descendais que pour me mettre à table. On mangeait sans parler. Je ne riais jamais à la maison. Je faisais de « l’ironie ». C’est le temps où tout ce qui me touche de près m’est étranger. J’émigre doucement vers le monde petit-bourgeois […] Même les idées de mon milieu me paraissent ridicules, des préjugés […] L’univers pour moi s’est retourné » (p. 79).

31L’ironie est présentée comme une marque de classe, figure du discours des « dominants », de la couche sociale qui possède la culture :

« Comment un homme né dans une bourgeoisie à diplômes, constamment “ironique”, aurait-il pu se plaire en compagnie de braves gens, dont la gentillesse, reconnue de lui, ne compenserait jamais à ses yeux ce manque essentiel : une conversation spirituelle. Dans sa famille, par exemple, si l’on cassait un verre, quelqu’un s’écriait aussitôt, “n’y touchez pas, il est brisé !” (Vers de Sully Prud’homme) » (p. 96-97).

  • 18 Voir F. Mercier-Leca (2003 : 21) : « L’ironie postmoderne reste donc conçue comme une distance crit (...)

32En effet, l’ironie est fondée sur un décalage entre le dire et le dit, alors que dans le monde et le langage du père, « on n[e] prenait jamais un mot pour un autre » (p. 46) ; l’ironie est une attitude fondamentalement critique, et permise par un environnement culturel qui donne la conscience de la réflexivité du langage, de l’hétérogénéité énonciative et du dialogisme qui y président. C’est pourquoi, on sait qu’avant d’être rhétorique, la notion fait d’abord et aussi partie de la sphère philosophique (Socrate, Schlegel, Kierkegaard, Jankélévitch) jusqu’à la conception postmoderne portée par R. Barthes, J. Derrida, G. Deleuze, M. Foucault ou J. Lacan qui, travaillant sur l’idée de décentrement du sujet, voient celui-ci comme constitué de manque et traversé par le langage de l’autre18.

  • 19 « Quelquefois, par une dissimulation ingénieuse, on dit, non pas le contraire de ce qu'on pense, co (...)

33Si la jeune A. Ernaux découvre ces nouvelles planètes avec délices au cours de ses études, l’ironie est une figure trop complexe, d’une part, pour être pleinement manipulée par des gens qui n’ont pas eu accès à cette culture et, d’autre part, pour donner une représentation fidèle de ce qu’ils sont, sans compter que, les prenant pour cible, elle ajouterait de la trahison à la trahison. En somme, il s’agit d’une figure trop complexe, trop ambigüe, qui fait appel à trop de « dissimulation », comme l’écrivait déjà Cicéron dans le De Oratore19 pour être utilisée ici ; elle doit même être évitée avec le plus grand soin, ce qui n’est pas toujours facile, car finalement la narratrice, passée symboliquement du côté de la culture dominante le jour où elle a décroché son certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES), mais surtout le lecteur inscrit ayant lui aussi accès à cette culture vont observer des gens dont la narratrice ne cesse dire sur le mode négatif qu’ils manquent des moyens pour y accéder (je souligne) :

« Et sous toutes les paroles, des uns et des autres, les miennes, soupçonner des envies et des comparaisons. Quand je disais, “il y a une fille qui a visité les châteaux de la Loire”, aussitôt, fâchés, “Tu as bien le temps d’y aller. Sois heureuse avec ce que tu as”. Un manque continuel, sans fond.
Mais désirer pour désirer, car ne pas savoir au fond ce qui est beau, ce qu’il faudrait aimer » (p. 58-59).

34L’ironie est ici éliminée par la surénonciation de la narratrice qui commente, glose, sur le mode explicatif et objectif marqué par l’utilisation des phrases averbales désactualisées, sans prise de parti, ni prise à partie, mais affichage de la volonté d’analyse avec l’adverbe au fond, avec un emploi formellement en antanaclase, mais antanaclase désamorcée par l’ordre des mots (pour qu’elle soit sensible, il aurait fallu la joindre ici à une anadiplose), et démotivée par les stérétotypes d’expression (sans fond, métaphore lexicalisée pour dire immense, très profond ; et au fond, autre métaphore lexicalisée pour dire en réalité). Ce désamorçage de l’antanaclase ou d’autres figures de répétition revient souvent chez A. Ernaux, comme un procédé flagrant de refus de la langue littéraire…

35En revanche, le contexte favorise l’émergence d’autres figures, en particulier les comparaisons et les comparaisons hypothétiques, qui sont là pour justement expliquer, clarifier, donner à voir et à comprendre, tandis que des paremboles traduisent des paroles ou des attitudes autrement peu compréhensibles pour le lecteur ; par exemple, le passage de la condition de paysan à celle de citoyen des villes est considéré à la fois comme une promotion sociale et comme un amollissement moral :

« Jusqu’à la fin des années cinquante, il a mangé de la soupe le matin, après il s’est mis au café au lait, avec réticence, comme s’il sacrifiait à une délicatesse féminine » (p. 68).

36L’hypotypose est aussi une figure majeure qui résulte du contexte et du projet d’écriture d’A. Ernaux :

« Je rassemblerai les paroles, les gestes, les goûts de mon père, les faits marquants de sa vie, tous les signes objectifs d’une existence que j’ai aussi partagée » (p. 24).

  • 20 « Le narrateur sélectionne une partie seulement des informations correspondant à l’ensemble du thèm (...)
  • 21 « L’histoire commence quelques mois avant le vingtième siècle, dans un village du pays de Caux, à v (...)

37La citation dit bien ce qui se joue ici : une collecte de « signes objectifs », pour mieux dessiner ce qu’elle appelle une « épure » qui doit permettre de s’« arrache(r) du piège de l’individuel » (p. 45). L’idée de la collection finalement sans ordre apparent, pour faire surgir l’image du père, répond parfaitement à la définition de l’hypotypose, comme figure construite par accumulation de visions fragmentaires20. Le terme de signes utilisé par A. Ernaux est aussi révélateur de la figure : il s’agit de détails qui sont donnés pour faire sens. De fait, le livre ne suit pas vraiment le cours chronologique de la vie du père de la narratrice, même si après la description de l’enterrement, on a une formule d’incipit21 ; mais l’écriture au présent qui écrase la distance entre le temps narrant et le temps narré, joue à la fois pour le relief de l’hypotypose et pour « l’épure », tirant l’évocation vers la vérité générale, en l’occurrence l’écriture « ethnologique ». Ainsi, les détails sont toujours choisis en fonction de leur signification sociale :

« Dans la cour, l’hiver, il crachait et il éternuait avec plaisir.
Ce portrait, j’aurais pu le faire autrefois, en rédaction, à l’école, si la description de ce que je connaissais n’avait pas été interdite. Un jour, une fille, en classe de CM2, a fait s’envoler son cahier par un splendide atchoum. La maîtresse au tableau s’est retournée : “Distingué, vraiment !” » (p. 69)

« On peut sans aucun doute lier à l’hypotypose et à la démarche d’écriture qu’elle suppose, la prédilection d’Annie Ernaux pour les photos et pour leurs descriptions : comme dans l’hypotypose, il s’agit de fragments de vie qui sont collectés plus ou moins en désordre, et qui ont un sens, ici toujours social :
On se fait photographier avec ce qu’on est fier de posséder, le commerce, le vélo, plus tard la 4 CV, sur le toit de laquelle il appuie une main, faisant par ce geste remonter exagérément son veston » (p. 55-56).

« Juste les signes […] de la condition sociale, ces bras décollés du corps, les cabinets et la buanderie qu’un œil petit-bourgeois n’aurait pas choisis comme fond sur la photo » (p. 47).

38Enfin, il faut évidemment parler de la litote : tout le livre parait en effet écrit sous le signe de cette retenue d’expression qui en disant le moins exprime le plus. Ce que j’appellerais la posture litotique tient au rejet du pathétique, qui va de pair avec le refus de la connivence avec le lecteur :

« Une complicité [avec le lecteur] que je refuse sous toutes ses formes, nostalgie, pathétique ou dérision » (p. 46).

39La litote résulte aussi de la volonté d’un dépouillement de l’individualisation au profit de l’épure, comme nous l’avons déjà vu, pour aboutir dans l’ordre de l’écriture à quelque chose, à une symbolisation qui ressemble à celle de L’Homme qui marche de Giacometti.

40Du coup, on pourrait se demander s’il y a bien figure de litote ou bien seulement dépouillement de l’écriture :

« C’est en confrontant, d’une part, le sens littéral de l’énoncé et d’autre part, ce qu’il (le récepteur) sait de ce référent et de ce qu’en pense le locuteur, que ce récepteur va être en mesure d’éventer la litote » (Kerbrat-Orecchioni 2011 : 88).

41Le contexte de l’écriture, à savoir le fait que l’auteure-narratrice soit dans le tableau, que ce qui est décrit, c’est bien, comme elle le dit plusieurs fois, « la couleur du monde où vécut mon père, où j’ai vécu aussi » (p. 46), l’enjeu de rémédiation-réparation qui préside à ce livre, tout cet engagement subjectif fondamental, fait que le pathétique refusé explose au contraire à chaque page, de son refus même, de l’expression litotique. Finalement, la litote (euphémisante ?) utilisée par la famille pour parler de la grand-mère au mari brutal (« sa femme ne riait pas tous les jours », p. 25) est à l’image de tout le livre consacré à ce père qui « ne rit sur aucune photo » (p. 56) : posant sans cesse la question du bonheur matériel (« la gosse n’est privée de rien », p. 56) et de l’humiliation sociale, « l’ombre de l’indignité » (p. 59), la litote est bien là, « une figure qui exprime un jugement à partir d’une procédure de fictionalisation dans le langage » (Jaubert 2011 : 57), dont l’outil est ici la négation polémique implicite indiquée par la distanciation de la connotation autonymique.

42Pour reprendre le titre de la contribution d’A. Jaubert ici même, c’est donc le contexte qui est faiseur et défaiseur de figures ; la particularité de La Place, c’est que le contexte déterminant ici est le contexte social dans son positionnement par rapport à la scène littéraire.

Conclusion

43La Place constitue donc un exemple de choix de l’interaction entre figures et contexte. Ici, les figures surdéterminent le contexte sociologique et l’écriture « infralittéraire » que revendique A. Ernaux, tout comme le contexte sociologique surdétermine le refus ou au contraire le choix de certaines figures.

44On aura bien sûr remarqué que dans cette œuvre, ce sont plutôt des figures microstructurales qui déterminent le contexte et des figures macrostructurales qui sont déterminées par le contexte. Ce fait ne doit pas être négligé, car il est logique que la scénographie se construise par des figures microstructurales explicites, avec une scène d’énonciation mettant en place des figures plutôt macrostructurales ; cependant, cette règle est loin d’être immuable : parmi les figures impliquées par le contexte et la scène d’énonciation de La Place se trouvent les comparaisons, utilisées pour expliquer et clarifier ; or, la clarté est une qualité essentielle du style simple. C’est que le lien entre figure et contexte – ici défini par une scène d’énonciation littéraire à scénographie sociologique – ne peut pas faire l’économie de l’élément par lequel nous avons commencé, à savoir le style : si nous avons choisi un ancrage rhétorique pour aborder cette notion, c’est que, quelle que soit la définition que l’on se donne du style, celui-ci est en fait non seulement une composante importante du contexte discursif, mais la composante essentielle pour penser la contextualisation des figures.

Haut de page

Bibliographie

« Entretien avec Annie Ernaux, Maison des écrivains, 9 mars 2002 » (2009) : in : D. Rabaté & D. Viart (dirs), Écritures blanches, Publications de l’université de Saint-Etienne, p. 97-105.

Rhétorique à Herennius (1997) : trad. par G. Achard, Paris, Éd. Les Belles Lettres.

Barthes, R. (1953) : Le Degré zéro de l’écriture, Paris, Éd. Le Seuil.

Bonhomme, M. (2005) : Pragmatique des figures du discours, Paris, H. Champion.

Charpentier, I. (2006) : COnTEXTES, 1 (en ligne : http://contextes.revues.org/74, consulté le 29/09/2013).

Cicéron, (1927) : De Oratore, trad. par E. Courbaud, Paris, Éd. Les Belles Lettres.

Ernaux, A. (1984) : La Place, Paris, Gallimard.
— (1988) : Une Femme, Paris, Gallimard.
— (2011) [2003] : L’Écriture comme un couteau, Paris, Gallimard.

Fumaroli, M. (2002) [1980] : L’Âge de l’éloquence, Genève, Droz.

Jaubert, A. (2011) : « La litote est-elle un contre-euphémisme ? », in : A. Horak (dir.), La Litote, Berne, P. Lang, 2011, p. 145-158.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2011) : « Quand dire moins, c’est faire plus : une approche pragmatique de la litote », in : A. Horak (dir.), La Litote, Berne, P. Lang, p. 67-97.

Mercier-Leca, F. (2003) : L’Ironie, Paris, Hachette.

Molinié, G. (1992) : Dictionnaire de rhétorique, Paris, Éd. Le Livre de Poche.

Philippe, G. (2002) : Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890-1940), Paris, Gallimard.

Philippe, G. & Piat, J. (dirs) (2009) : La langue littéraire, une histoire de la prose de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard.

Quintilien (1980) : Institution oratoire, XII, 10, 60-62, trad. par J. Cousin, Paris, Éd. Les Belles Lettres.

Rabate, D. & Viart, D. (dirs) (2009) : Écritures blanches, Saint-Etienne, Publications de l’université de Saint-Etienne.

Rabatel, A. (dir.) (2008a) : « Figures et points de vue », Langue française, 160.
— (2008b) : « La représentation des voix populaires dans le discours auctorial chez A. Ernaux : sur-énonciation et anti-humanisme théorique », in : A. Rabatel, Homo narrans, Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, t. II, Limoges, Lambert-Lucas, p. 523-546.

Rouayrenc, C. (2006) : « Syllepse et co(n)texte », in : Y. Chevalier & P. Wahl (dirs), La Syllepse, figure stylistique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 158-172.

Haut de page

Notes

1 Les références renvoient à La Place (Erneaux, 1984).

2 Terme utilisé par A. Ernaux (2011 : 33).

3 Sur cette crispation de grammaire prescriptive, voir G. Philippe (2002).

4 Sur le débat sur l’existence et sur la signification d’une langue littéraire au xxe-xxie siècle, voir l’introduction de G. Philippe et J. Piat (2009 : 7-55).

5 « Tout ce que je sais, c’est que ce livre [La Place] a inauguré comme je l’ai dit une posture d’écriture, que j’ai toujours, exploration de la réalité extérieure ou intérieure, de l’intime et du social dans le même mouvement, en dehors de la fiction. » (Ernaux, 2011 : 35-36).

6 C’est Jean de Garlande qui la formalisa précisément au xiiie siècle.

7 Voir l’exposé de C. Guérin, lors du séminaire Textyle 2012-2013, « La simplicité dans la rhétorique et l’éloquence latine classiques : du non style à l’élégance ».

8 Un Cœur simple de Flaubert fait jouer avec maestria cette polysémie.

9 « Car, à la manière de ceux qui veulent prévenir tout regard condescendant sur leur famille, j’annonçais : “Tu sais chez moi c’est simple” » (p. 92).

10 La plus ancienne définition un peu conséquente de la tripartition stylistique se trouve dans La Rhétorique à Herennius (1997), ouvrage apocryphe longtemps attribué à Cicéron, et datant du Ier siècle avant J.-C. : « Le type élevé consiste en un arrangement d’expressions nobles, dans une forme fluide et abondante. Le type moyen est fait de mots moins relevés, mais ni trop bas, ni trop communs. Le type simple s’abaisse jusqu’à la pratique la plus courante d’un langage correct. »

11 Pour une synthèse de la position cicéronienne sur les niveaux de style et en particulier sur l’articulation entre style simple et style attique, voir M. Fumaroli, (2002 : 54 sqq).

12 « Le genre [= le style] intermédiaire aura plus fréquemment recours [que le style simple] aux métaphores et sera plus agréable grâce aux figures […]. [Le style élevé], lui, capable de rouler des rochers et de “s’indigner contre le pont” […] emportera le juge [...]. C’est là que l’orateur évoquera même les défunts […] ; chez lui, la patrie elle-même fera entendre hautement sa voix, et parfois elle parlera à Cicéron dans le discours prononcé par lui au sénat contre Catilina. C’est ici que, par des amplifications, il haussera le style et se dressera jusqu’à l’hyperbole » (Quintilien, 1980, XII, 10 : 60-62).

13 A. Rabatel (2008b : 254 sqq.) a montré comment est donnée, « à travers l’emploi d’îlots textuels, l’image d’une parole dominée, sur un plan sémiolinguistique — cette domination étant analogue à celle qui a cours dans le champ socio-économique ». Avec ces ilots textuels, « les paroles, n’étant plus véritablement adressées, comme c’est le cas dans les interactions langagières in vivo, deviennent l’objet d’une visée descriptive qui sert de fondement à la visée esthétique, politique, et en définitive, anthropologique, du narrateur ».

14 « Je me tiens au plus près des mots et des phrases entendues, les soulignant parfois par des italiques. Non pour indiquer un double sens au lecteur et lui offrir le plaisir d’une complicité, que je refuse sous toutes ses formes, nostalgie, pathétique ou dérision. Simplement parce que ces mots et ces phrases disent les limites et la couleur du monde où vécut mon père, où j’ai vécu aussi » (p. 46).

15 Voir l’article mouchoir dans le TLFI.

16 Voir l’article de C. Rouayrenc (2006) qui souligne la proximité entre les deux figures.

17 Les guillemets marquent, en plus de la connotation autonymique, la non-coïncidence des points de vue du père et de la fille.

18 Voir F. Mercier-Leca (2003 : 21) : « L’ironie postmoderne reste donc conçue comme une distance critique, non plus de l’auteur, mais du lecteur. Il s’agit pour ce dernier de ne pas chercher à maîtriser un sens qui serait univoque, mais de garder en tête que le texte dépasse les intentions conscientes de son auteur, qu’il dit aussi autre chose. »

19 « Quelquefois, par une dissimulation ingénieuse, on dit, non pas le contraire de ce qu'on pense, comme dans le mot de Crassus à Lamia, mais autre chose que ce qu'on pense, en employant une piquante ironie, déguisée sous un ton sérieux » (Cicéron, 1927 : II, LXVII).

20 « Le narrateur sélectionne une partie seulement des informations correspondant à l’ensemble du thème traité, ne gardant que des notations particulièrement sensibles et fortes, accrochantes, sans donner la vue générale de ce dont il s’agit […], toujours rattachées à l’enregistrement comme cinématograhique du déroulement ou de la manifestation extérieurs de l’objet. Ce côté à la fois fragmentaire, éventuellement déceptif et vivement plastique du texte constitue la composante radicale d’une hypotypose » (Molinié, 1992 : 167-168).

21 « L’histoire commence quelques mois avant le vingtième siècle, dans un village du pays de Caux, à vingt-cinq kilomètres de la mer » (p. 24).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Stolz, « De l’homme simple au style simple : les figures et l’écriture plate dans La Place d’Annie Ernaux », Pratiques [En ligne], 165-166 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://pratiques.revues.org/2518 ; DOI : 10.4000/pratiques.2518

Haut de page

Auteur

Claire Stolz

Stih (EA 4509), Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • Revues.org