Navigation – Plan du site
Analyse de parole-en-interaction dans différents types de corpus

Eléments de construction collaborative du discours au sein de réunions de travail : la reprise et le couple oui non

Virginie André
p. 199-222

Résumé

Cet article propose une analyse de deux éléments, la reprise et le couple oui non en début de tour de parole, qui semblent révéler et participer à la construction collaborative du discours au sein de réunions de travail. L’action conjointe dans laquelle sont engagés les interactants lors des réunions a une influence sur le déroulement des interactions verbales. L’analyse sociolinguistique des interactions permet d’observer, d’une part, cette influence sur les productions langagières et, d’autre part, d’analyser de quelle façon les locuteurs utilisent des ressources linguistiques et interactionnelles, tels que les phénomènes étudiés ici, afin notamment d’atteindre leurs objectifs communicationnels. Les deux éléments étudiés dans cet article mettent au jour des dynamismes interactionnels spécifiques tout en remplissant des effets pragmatiques similaires.

Haut de page

Texte intégral

1Tout discours est le résultat d’une construction collaborative. Les interactions verbales ne se déroulent pas de façon chaotique, elles se caractérisent au contraire par des ajustements permanents en fonction de la situation de communication (Hymes 1972) et en fonction des différentes productions verbales des interlocuteurs. La parole n’est jamais individuelle, elle est le résultat d’un sujet pluriel (Gilbert 2003), d’un travail collaboratif (Schegloff 1982) et d’une action collective (Clark 1996). Cette collaboration laisse des traces dans le discours des locuteurs et l’analyse de ces traces met en lumière la façon dont les locuteurs interagissent, combinent leurs interventions et s’engagent conjointement dans la production d’un événement de parole.

2Nous proposons, dans cet article, d’analyser, au sein de réunions de travail, deux éléments révélant cette construction collaborative du discours : les phénomènes de reprise et l’actualisation du couple oui non en début de tour de parole. Ces éléments sont non seulement des marques de la collaboration entre les interactants mais également des ressources linguistiques et interactionnelles permettant cette collaboration. Nous verrons, dans un premier temps, que notre analyse sociolinguistique des interactions verbales permet d’observer la construction du discours et, dans un deuxième temps, après une brève présentation de notre corpus, nous analyserons ces deux micro-phénomènes.

1. Approche des interactions en réunions de travail

1.1. Analyse sociolinguistique des interactions verbales

  • 1 Consciente de la connotation péjorative de ce terme en France, l’auteure évoque également un « sync (...)

3Notre analyse de la construction collaborative du discours fait appel à une analyse sociolinguistique des interactions verbales qui est nécessairement une analyse multidimensionnelle et pluridisciplinaire. Cette analyse socio-linguistique appréhende le discours, à la fois, comme inévitablement influencé par une multitude d’éléments, et construit tour par tour par les participants dans l’interaction. Notre approche multidimensionnelle de la langue en situation nous amène à puiser de façon cohérente les outils d’analyse pertinents au sein de différents cadres. Notre démarche s’apparente à celle expliquée par Kerbrat-Orecchioni (2005 : 21) qui propose une « approche éclectique1 » :

Il me semble plus intéressant et rentable de concilier ce qui est conciliable, et de voir le parti que l’on peut tirer du croisement de propositions venant de paradigmes différents. La description est alors moins « pure »-si tant est qu’une approche puisse jamais être chimiquement pure : aucun modèle n’est constitué exclusivement de notions « endogènes », car les concepts essaiment, émigrent, traversent les frontières des écoles et même des disciplines, comme on l’a vu pour le concept d’interaction ; mais elle est plus riche, et même parfois plus « juste » car le métissage théorique n’est pas seulement un luxe, c’est dans certains cas une nécessité.

4Nous empruntons notamment à l’analyse conversationnelle et à l’analyse de discours, des outils qui répondent aux besoins de l’analyse des discours interactifs oraux. Nous cherchons à analyser le fonctionnement langagier dans une situation de communication particulière en observant les liens entre ressources linguistiques et signification sociale de la situation. L’analyse sociolinguistique des interactions nous invite à repérer les facteurs extralinguistiques (Hymes 1972) pertinents et leurs traces dans le discours des locuteurs. Ces facteurs sont notamment : l’identité des locuteurs, leurs rôles conversationnels, leurs connaissances communes, les objectifs de l’interaction ou encore l’épaisseur historique des réunions (situations politique, économique, sociale ou culturelle).

5L’analyse des spécificités linguistiques et interactionnelles des réunions fait nécessairement appel à la prise en compte des aspects sociaux, psychologiques ou encore économiques intriqués avec le déroulement des échanges langagiers (Drew & Heritage 1992, Boden 1994). Notre approche pluridisciplinaire nous amène à prendre en compte ces différents aspects afin de saisir davantage la situation dans laquelle la réunion prend place et par conséquent, afin de saisir davantage les interactions verbales. L’apport des sociologues, des psychologues du travail ou encore des ergonomes nous permet de comprendre les liens entre les activités de travail et les activités verbales ou encore la part langagière du travail (Boutet 1995). La forte intrication entre parole et travail fait, des réunions, des genres de discours, ayant un ancrage fort dans les contextes d’action (Clot, Faïta 2000, Boutet 2008).

6Les interactions verbales ne sont pas seulement des enchaînements séquentiels d’actions, d’activités discursives ou encore de tours de parole, elles se construisent à la fois avec la participation conjointe des locuteurs et dans une situation particulière. Elles contribuent à l’émergence d’une réalité sociale construite grâce à un enchaînement séquentiel d’actions interreliées. Dans et par les interactions, émergent des idées et des connaissances. Ces objets sont produits dans un monde social à la fois construit dans le ici et maintenant des interactions mais également préexistant aux interactions. Ainsi, non seulement les interactions verbales permettent la construction d’un monde social nouveau, créé au fur et à mesure des différentes actions, mais elles s’insèrent également dans un monde social déjà là, même si sa réalité est mouvante et modifiable par les interactions en cours.

1.2. Présentation du corpus « Réunions »

  • 2 Notre enquête a été réalisée en 2003. Les DDE sont devenues Directions Départementales des Territoi (...)
  • 3 Correspondant à une transcription de 331.000 mots.

7Notre corpus de réunions de travail a été constitué, au sein d’un Parc départemental de l’Equipement. Lors de notre enquête de terrain et du recueil des données, ce service français dépendait d’une Direction Départementale de l’Equipement (DDE). Les DDE sont des antennes opérationnelles du ministère de l’équipement, des transports et de l’aménagement du territoire2. Le service, appelé « Parc », est chargé de l’entretien et de l’exploitation des routes du département. Il fonctionne comme une entreprise avec une autonomie financière et avec ses propres services internes (administration, comptabilité, secrétariat, exploitation, etc.). Nous avons enregistré seize réunions de travail : six réunions d’encadrement, quatre réunions entre le Parc et ses clients, des réunions de chantier, de bilan, de rencontre entre l’encadrement et les organisations syndicales, entre la DDE et le parc. Ce corpus compte environ 40 heures d’enregistrement3. Les données enregistrées au sein des réunions ont été complétées par des données situationnelles indispensables à notre étude et recueillies de manière ethnographique ou collectées en sollicitant le discours des acteurs de l’entreprise.

2. La reprise

8L’analyse des spécificités linguistiques et interactionnelles participant à la construction collaborative du discours au sein des réunions nous a amené à observer les phénomènes de reprise. Ces derniers apparaissent lorsqu’il existe une similitude entre deux segments linguistiques ou, plus précisément, lorsqu’un ou plusieurs mots sont présents à plusieurs reprises dans le discours (au moins deux fois). Le travail de formulation et les mouvements discursifs opérés par les reprises semblent jouer un rôle dans l’implication des locuteurs dans le discours (Tannen 1989), dans la dynamique des interactions verbales et nous verrons qu’ils participent à la construction collaborative du discours et des significations.

9L’analyse linguistique des interactions nous a tout d’abord amené à préciser les définitions de reprise, répétition et reformulation dans la mesure où, dans la littérature francophone, au terme « reprise » est souvent associé un foisonnement de phénomènes (voir notamment le classement élaboré par De Gaulmyn (1987a : 87) ou encore la typologie de Gülich et Kotschi (1995) établie à partir de données en français). Nous nous allions notamment à Vion (2005) qui précise son analyse précédente (Vion 1992) en définissant le terme de reprise comme un « terme générique » pouvant inclure la répétition ainsi que la reformulation. Cette précision permet notamment d’éviter la présence de deux termes différents « reprise » et « répétition » pour désigner le même phénomène.

10Nous considérons donc que le terme « reprise » est un générique ou hyperonyme de « répétition » et de « reformulation » dans la mesure où ces deux phénomènes reprennent une formulation antérieure. La reprise répète un déjà dit, dans ce cas les séquences discursives (produite au moins deux fois) sont identiques (c’est alors un cas de « rephrasage », selon Gülich et Kotschi (1987)), ou reformule un déjà dit, dans ce cas les séquences discursives sont différentes, la seconde (et éventuellement les suivantes) est une paraphrase de la première et semble avoir des objectifs conversationnels différents des répétitions (De Gaulmyn 1987b, Fuchs 1994). Dans les cas de reprise, aucune modification lexicale n’est effectuée, seuls des éléments mimogestuels, prosodiques, paraverbaux et situationnels peuvent être modifiés. Dans les cas de reformulation, il y a identité sémantique ou « relation sémantique » (Gülich et Kotschi 1987 : 30). Cependant, ces deux cas particuliers ne sont pas les seuls cas de reprise pouvant apparaître dans le discours, il existe un continuum de différents types de reprises entre la répétition et la reformulation.

  • 4 Nous utiliserons également le terme de « hétéro-reprise ».

11A cette catégorisation formelle, nous pouvons ajouter une classification interactionnelle. Schegloff, Sacks, Jefferson (1977), Roulet (1985) puis Vion (1992) opposent deux types de reprise en définissant les self-correction ou auto-reprises et les other-correction ou reprises diaphoniques4. Les premières sont produites par le même locuteur alors que les secondes insèrent dans le discours d’un locuteur une partie du discours produit par un autre locuteur. Vion affine cette définition en ajoutant une distinction entre les reprises réitératives, qui se contentent de reproduire le discours précédemment émis, et les reprises codées, « dans lesquelles l’acte de reprise est explicité par des formes linguistiques du type quand je dis... ou quand vous dites... » (1992, p. 215). Quatre types de reprise sont alors possibles :

Figure 1 : Quatre types de reprises dans le discours

Figure 1 : Quatre types de reprises dans le discours

12Les différences entre ces quatre types de reprise se manifestent au niveau de la structure interactionnelle du discours des locuteurs. Pour cette étude, nous avons choisi de nous intéresser uniquement aux reprises diaphoniques réitératives dans la mesure où elles semblent naître essentiellement de la collaboration discursive entre les membres de la réunion. De plus, comme nous allons l’observer, elles permettent aux locuteurs de mettre en œuvre des stratégies ayant des effets sur les interactions.

2.1. Répéter pour prendre la parole

  • 5 Dans notre étude André (2006), nous avons notamment observé que les normes interactionnelles des ré (...)

13Dans une situation aussi formelle, ritualisée et régie par des normes interactionnelles, les prises de parole sont souvent moins « spontanées » que lors d’une conversation et l’entrée dans le discours semble quelque fois difficile5. C’est pourquoi, les locuteurs peuvent être amenés à mettre en place des stratégies qui leur permettent de prendre la parole plus facilement. L’hétéro-reprise réitérative peut permettre au locuteur de prendre appui sur le discours de son interlocuteur pour, à son tour, exprimer son point de vue. Cette reprise peut alors fonctionner comme un « pivot » pour une complétion. Apothéloz (2001) appelle ce phénomène « répéter et continuer ». Nous observons cette stratégie dans l’exemple suivant :

Exemple 1 : A propos du chiffre d’affaire de l’entreprise.

L1

moins *C* > + donc on améliore mais on est toujours négatif \

L2

on est toujours négatif si on considère que dans *C* euros il y a 232.000 euros qui sont consacrés aux aménagements

L1

à l’amélioration des conditions

  • 6 Les données situationnelles recueillies ont notamment permis d’identifier les participants (leurs r (...)

14L2 répète les paroles de L1 et profite de cette prise de tour de parole pour poursuivre son discours. L’intervention de L2, directeur du service6, vient, dans un premier temps, approuver et surtout, dans un second temps, rebondir et nuancer les paroles de L1, directeur général, et minimiser le résultat négatif de son service. Cette prise de parole par répétition permet à L2 de montrer à ses interlocuteurs qu’il contribue à la continuité topicale bien que ses propos relativisent ceux de L1. La répétition de L2 semble également jouer un rôle de softener (Brown et Levinson 1978) puisqu’elle évite un tour de parole commençant immédiatement par une remise en cause des propos du premier locuteur. La répétition semble alors permettre de préserver la face locuteur (Goffman 1974) dont les propos sont relativisés.

15Dans d’autres cas, la prise de parole est effectuée afin d’apporter une précision, une information supplémentaire ou un nouveau mouvement discursif comme dans l’exemple suivant :

Exemple 2 : A propos des actions à saisir en comptabilité et des documents à fournir.

L1

le service fait peut pas être fait sur un état [...] alors que si on fait un état et puis on dit

L2

un attachement récapitulatif \ le service fait c’est un attachement récapitulatif \

L3

c’est un attachement récapitulatif effectivement mais c’est tout à fait possible

16Le locuteur L1 s’exprime sur l’impossibilité pour lui de remplir un certain type de document, L2 intervient pour nommer le document en question et L3 reprend une partie des paroles de L2 avant de poursuivre son discours. La reprise de L3 permet, d’une part, l’expression d’une concession de la part de ce locuteur c’est un attachement récapitulatif effectivement et, d’autre part, la prolongation de son discours mais c’est tout à fait possible qui manifeste son opposition par rapport à la position de L1. L2 et L3 sont de proches collaborateurs, la répétition semble être une marque de coopération facilitant la prise de parole du locuteur qui répète. Cette situation locale de trilogue met en lumière un phénomène interactif relevé par Plantin et Kerbrat-Orecchioni (1995) décrivant deux locuteurs qui s’unissent face à un troisième.

17Dans les deux exemples précédents, la reprise des propos d’un autre locuteur prend la forme d’un « pivot » (Jeanneret 1999). En effet, la reprise, quels que soient son type et sa particularité, est actualisée afin de pouvoir enchaîner un topic ou des propos en lien ou non avec les précédents. Dans l’exemple précédent, la reprise permet à un locuteur d’apporter son opinion et dans l’exemple suivant, elle permet d’apporter une précision :

Exemple 3 : Les représentants du personnel (L2 et L3) ne sont pas d’accord avec la direction concernant l’affectation d’un poste de mécanicien. L2 et L3 demandent que l’agent nommé sur ce poste dans une filière précise ne puisse pas aller travailler dans une autre filière.

L1

donc > je vous pose la question l’encadrement Parc y compris le chef de Parc est d’accord dans la mesure où il n’y a plus de candidat exploitation de prendre un candidat sur la liste complémentaire mécanicien et de le mettre à l’exploitation

L2

attendez d’accord sous une condition c’est que s’il est à l’exploitation il est à l’exploitation

L3

oui parce qu’il faut qu’on arrête \

L2

il faut qu’on arrête de faire jongler les gens comme ça on est d’accord sous la condition qu’il soit à l’exploitation au pire après si il y a un poste de libre à l’atelier que lui il prétende voilà

18La complétion de L2 de faire jongler les gens comme ça est initiée par un « pivot » constitué par la reprise de la séquence discursive il faut qu’on arrête produite par son collègue L3. La prise de parole de L2 vise, d’une part, une collaboration avec son interlocuteur et collègue L3 face à la direction et, d’autre part, une surenchère de la revendication. Nous pouvons néanmoins remarquer que la complétion de L2 n’est pas une « vraie » complétion syntaxique dans le sens où elle ne prolonge pas syntaxiquement le tour de L1 qui présente une construction achevée (l’intonation descendante nous permet de le constater). En effet, L2 change le statut du verbe arrêter, qui devient modal, afin de poursuivre son discours et de pouvoir produire arrêter de faire jongler. Ce phénomène de syllepse provoque un changement de construction et donne un statut, à l’intervention de L2, de complétion discursive.

2.2. Répéter pour insister sur une information

19Comme le montre Mondada, la reprise permet de « construire la solidité du cas » (2001 : 238). Elle permet de montrer collectivement l’importance de la séquence reprise. Dans certains cas, la reprise est effectuée par un supérieur hiérarchique qui vise un effet particulier en reprenant les propos de son interlocuteur. L’exemple suivant met en évidence la « valeur » ajoutée de la reprise :

Exemple 4 : A propos de la mise en place d’une action.

L1

non mais le plus simple je crois qu’aujourd’hui on discute du principe mais dè l’instant qu’on aura pu voir deux trois sociétés hein on aura on affinera un proje qu’on vous présentera puis on en discutera un mais un ou plusieurs projet d’accord

L3

la première chose à faire c’est déjà préparer \

L1

c’est préparer \

L9

oui mais les problèmes de sécurité dans l’entrée depuis la rue l’autre fois je reviens sur les systèmes de cartes [...]

20L’intervention de L3 (la première chose à faire c’est déjà préparer), responsable d’une filière, est soutenue par celle de L1 (c’est préparer), directeur du service. Ce dernier reprend et poursuit alors qu’aucune demande d’interactivité n’a été formulée et que l’énoncé ne présente pas d’incertitude (l’intonation, notamment, ne laisse pas supposer que L3 cherche une confirmation). Cette reprise partielle apporte une sorte de caution aux paroles de L3. L3 et L1 construisent ainsi leur discours et le sens qu’ils souhaitent transmettre de façon collaborative.

21Dans l’exemple suivant, un premier locuteur formule une demande. Celle-ci est appuyée par la reprise du supérieur hiérarchique :

Exemple 5 : A propos du délai pour faire des propositions de promotions.

L6

moi j’avais redemandé un petit peu quelque chose j’avais fait une pré-réunion + ben il faut fixer la date de la remise des documents alors le jeudi prochain

L1

jeudi prochain oui c’est bon

L6

au bureau du chef

L1

Oui

L6

jeudi c’est-à-dire on est le huit /parce que, puisque/ on est le premier aujourd’hui donc le jeudi huit toutes les propositions au chef \

L1

toutes les propositions pour le huit \

L6

tous les services confondus bon c’était tout moi

22L’intervention du directeur L1 vient soutenir la demande de son collaborateur et confère une reconnaissance officielle aux propos repris. La collaboration entre ces deux locuteurs, marquée par l’alternance de leurs tours de parole, est également mise en évidence par la reprise partielle de la conclusion du thème en cours.

23Si les reprises ont des rôles spécifiques dans la construction collaborative du discours lorsqu’elles sont produites par des supérieurs hiérarchiques, elles ont également de tels rôles lorsqu’elles sont produites par de « simples » collaborateurs. Au-delà de la valeur d’insistance que nous rencontrons lorsque le statut des locuteurs est différent, certaines reprises cherchent également à vérifier la compréhension des propos émis. Dans l’exemple suivant, le locuteur reprend afin d’insister sur la pertinence de l’intervention précédente :

Exemple 6 : Cet extrait évoque la création de nouveaux ordres de travail.

L7

mais tu dis les recréer tous je vois pas l’intérêt de les recréer tous qu’est-ce que

pourquoi

L6

que ceux qui sont utiles \

L2

que ceux qui sont utiles \ < ben bien sûr

24Cet exemple représente un cas de figure assez fréquent dans notre corpus. Un locuteur reproduit exactement l’énoncé de l’un de ses collègues afin d’appuyer son discours, ratifier une information, insister sur son importance ou encore confirmer sa validité ou sa véracité. Dans cet exemple, la répétition est effectuée par un pair du premier locuteur. La répétition semble être utilisée à des fins de collaboration et de soutien entre individus.

2.3. Reprendre pour marquer l’accord entre les interactants

25La reprise peut également être actualisée afin de marquer un accord entre des interactants et par la même occasion afin de révéler une identité ou une cohésion groupale. Elle est à la fois révélatrice des alliances entre certains participants et conditionnée par ces alliances préexistantes à la réunion. Dans l’exemple suivant, les répétitions semblent marquer l’engagement conjoint des locuteurs :

Exemple 7 : L3 et L4 défendent un de leurs collègues auprès de la commission afin qu’il soit promu cette année. L’encadrement propose un autre agent et présente un argument en sa faveur. Ce dernier n’est pas rejeté par L3 et L4 qui expriment même leur accord avec cet argument.

L4

[...] on lui donne presque son coup de chapeau s’il veut pas aller plus loin il va rester

comme ça et ça fait 10 ans qu’il est là

L5

mais vous lui confiez n’impor- vous le savez bien

L3

on dit pas le contraire

L4

on < dit pas le contraire

L3

on dit pas le > contraire

L5

c’est un spécialiste

L4

spécialiste oui mais

L3

on est d’accord on est tous d’accord

L4

on est d’accord sur le principe

L3

voilà mais là on a un choix à faire par rapport à monsieur *P44* pour bon essayer de le motiver bon il est déjà motivé bon 32 ans de service quand même merde s’il était si on était pas content de lui avant ben fallait le signaler ça n’a pas été fait

26Dans cette réunion, les participants désignent les agents qui méritent une promotion. L3 et L4, les représentants du personnel, collaborent fréquemment. Les répétitions en chaîne de ces locuteurs font progresser rapidement la conversation (Schegloff (1979) a remarqué ce procédé lors de l’analyse de « repairs »). Ces répétitions, non seulement, intensifient le contenu sémantique et les effets pragmatiques du premier énoncé mais accentuent également la cohésion et l’identité du groupe représenté par ces participants. Nous trouvons d’autres manifestations de l’accord entre ces locuteurs :

Exemple 8 : Les discussions portent toujours sur les promotions. Les représentants du personnel proposent un collègue mais l’encadrement ne semble pas satisfait.

L1

mais c’est pas l’argument majeur fondé pour adosser la la la proposition de promotion quoi c’est le service rendu hein bon

L5

qu’il prenne des cours c’est très bien qu’il en donne peut-être qu’il consacre à ce moment là peut-être un petit peu plus de temps à l’atelier et à ses programmes de travaux de remise en état des saleuses et ainsi de suite

L3

oui mais

L4

il le fait son programme \

L3

il le fait son programme \ c’est ça que je comprends pas personne s’est plaint sur

son programme

27La collaboration entre L3 et L4 ainsi que leur soutien discursif mutuel se manifestent avec le phénomène de reprise.

28Les alliances entre les participants peuvent se créer quel que soit le statut des locuteurs et leurs intentions communicatives. Dans l’exemple suivant, l’intention commune entre le directeur L1 et son adjoint L6 est soulignée par une reprise :

Exemple 9 : A propos de l’alcoolisme au travail.

L4

mais quelqu’un c’est pour ça que c’est très difficile quelqu’un qui boit mais qui fait son travail c’est pas évident

L3

ça ça existe

L9

bien sûr que ça existe

L4

oui ça existe c’est ça que je veux dire

L1

il peut même le magasinier qui est enfin je cite un cas j’espère que hein c’est pas le cas qui est même derrière son comptoir moi je dis qu’il peut être dangereux parce que ou pour lui ou pour les autres au magasin à *T2* il faut qu’il monte des escaliers donc il peut très bien tomber ou bien la pièce qu’il va chercher hein c’est un truc de lame ou j’en sais rien

L6

il le lâche sur quelqu’un

L1

il la lâche sur quelqu’un bon c’est dangereux pour ses collègues

L6

c’est le mec qui aura pas le casque qui va se faire baiser quoi

  • 7 Il semble que L6 reprenne anaphoriquement « un truc de lame » avec « le » et que L1 reprenne soit « (...)

29Dans cet extrait, nous comptons trois occurrences de ça existe produit respectivement par L3, L9 et L4, trois responsables de filière. Nous pouvons émettre l’hypothèse selon laquelle les locuteurs dissimulent, derrière ces répétitions (accompagnées des éléments bien sûr et c’est ce que je veux dire), l’évocation d’un agent précis auquel la référence explicite n’est pas envisagée. Le premier nom d’agent concerné par l’alcoolisme sera prononcé par l’adjoint du directeur huit tours de parole plus tard. Néanmoins, ces répétitions marquent un accord entre les participants concernant le thème abordé. Et plus précisément, ils sont d’accord pour dire qu’il existe des individus qui sont alcooliques mais étant donné que le travail est fait, l’attitude à adopter face à ces individus est délicate et les mesures à prendre sont difficiles. L’accord entre les participants concernant la gravité de ce problème semble de nouveau être mis en évidence avec la reprise, légèrement modifiée (alternance le/la7) produite par L1 à la fin de cet extrait. Cette reprise semble également chercher à marquer la gravité des événements.

30L’alliance entre le directeur et son adjoint peut transparaître et la reprise semble en être une trace linguistique et interactionnelle.

  • 8 Pour une meilleure compréhension, nous avons ajouté des interventions ayant eu lieu quelques tours (...)

Exemple 10 : A propos du remplacement éventuel d’un appareil « biplus » qui fait fonctionner le réseau8

L9

je veux dire moi c’est que le réseau biplus est terminé

L8

Oui
[...] 2 tours

L9

c’était encore fonctionnel donc il faudra trouver un moyen de remplacement [...] 5 tours

L9

le magasin \ biplus \ n’en prend plus il m’a dit il a le portable \ l’atelier \ portable \ ça veut dire qu’actuellement on a plus que *T10* et *T1* c’est-à-dire 10 appareils sur 27 à à faire fonctionner à *T10* il y a plus moyen

L1

à remplacer \

L9

à remplacer \

L1

éventuellement \

L9

à remplacer éventuellement \ et le le remplacement se fait par des des récepteurs bon on va pas rentrer dans les dans les techniques et compagnies

31Les participants recensent toutes les annexes qui utilisent encore le « biplus ». Le directeur L1 met fin aux échanges en produisant une sorte de conclusion : à remplacer. L’adjoint du directeur (L9) répète aussitôt afin de rétablir l’ordre des interactions, dans la mesure où c’est lui qui gère ce thème, et de marquer son accord avec le directeur. Ce dernier apporte une précision en complétant avec éventuellement. L9 reprend l’ensemble de l’intention communicative de son directeur en produisant à remplacer éventuellement. Nous pouvons schématiser le processus interactionnel mis en œuvre dans cet extrait entre les locuteurs L1, directeur du Parc, et L9, son adjoint :

32Cet exemple montre que la construction du discours se fait progressivement, au fur et à mesure des tours de parole, et de manière collaborative.

33Enfin, l’exemple suivant montre que la répétition permet d’approuver et de construire collaborativement la solidité des propos énoncés par un des locuteurs même si ce dernier, dans le contexte précis de cette réunion, occupe plutôt une place de revendicateur voire d’opposant.

Exemple 11 : Les locuteurs mettent au point une fiche de poste avec l’ensemble des qualifications requises. Les interrogations portent sur l’exigence ou non du permis poids lourds pour les postes à pourvoir de technicien et de magasinier. L3 est un représentant du personnel, L5 est son directeur direct, L7 est le responsable des subdivisions et L6 est le responsable du personnel.

L3

donc on dit non / si / technicien ah oui on peut pas d’un côté dire au technicien il y a pas besoin de poids lourd et on va le dire au magasinier parce que là aussi on risque d’être vachement bloqué si on met le poids lourd

L5

ah oui

L7

complètement bloqué

L5

complètement bloqué on est d’accord

L6

à titre anecdotique pour le concours de technicien sur tous les inscrits il y en avait qu’un seul qui avait le poids lourd

L3

voilà donc euh

L7

sur 20

L3

donc il faut pas qu’on se ferme les portes par rapport à un poids lourd qui nous empêcherait d’avoir un magasinier

34Dans cet exemple, nous observons deux cas de reprises. Le premier, complètement bloqué, est produit par L7 qui reprend la séquence vachement bloqué en modifiant l’adverbe. Nous pouvons également remarquer que la reprise ne suit pas immédiatement la séquence discursive qu’elle reprend. Ensuite, un autre locuteur L5 répète la reprise produite par L7. De plus, ce troisième locuteur poursuit son discours à la suite de la répétition et ajoute on est d’accord. Cette nouvelle unité marque définitivement l’accord entre les participants, déjà supposé avec l’analyse de la construction collaborative de leur discours et les phénomènes de reprises. De plus, l’alternance fluide entre ces locuteurs (presque un locuteur différent à chaque tour dans cet extrait), généralement opposés tout au long de cette réunion, met en évidence la construction collaborative du discours ainsi que le collectif de travail représenté par le groupe de participants et cherchant à fonder ensemble ses objectifs et à prendre les décisions les meilleures pour l’entreprise.

35Ainsi, l’analyse de reprises montre comment les locuteurs utilisent ces mouvements discursifs comme des ressources linguistiques et interactionnelles pour intervenir au sein des réunions de travail et construire un discours conjoint que les reprises soient orientées vers une convergence ou une divergence des points de vue. Les reprises font progresser le discours vers une atteinte collective de ses objectifs.

3. Le couple oui non

  • 9 Nous reprenons la définition de Ducrot donnée lors de l’interprétation de non dans l’analyse d’un e (...)

36Les travaux de Plantin, notamment, ont contribué à la reconnaissance de la pertinence linguistique des unités oui et non en montrant « qu’on ne saurait [les] considérer [...] comme des mots “vides”, du matériel grammatical dérivé et inessentiel » (1982 : 264). L’actualisation en discours de ces unités peut être associée à différentes valeurs pragmatiques. Par conséquent, les réalisations de oui et de non ne peuvent pas être analysées uniquement en termes de substituts, d’anaphore ou de « pro-phrase », c’est-à-dire comme « un anaphorique reprenant sous forme [positive ou] négative un énoncé antérieur9 » (Ducrot 1980 : 122). Cette analyse ne tiendrait pas compte « de nombreux faits de langue » (Ibid.) ainsi que de certaines valeurs pragmatiques pouvant être associées à l’actualisation de oui et non en situation de communication.

37En outre, Kerbrat-Orecchioni (2001) constate que peu de travaux ont été consacrés à l’étude des unités oui et non dans une perspective d’analyse des discours interactifs oraux. L’auteure apporte une contribution non négligeable mais avoue elle-même ne pas s’intéresser à l’apparition et au fonctionnement de ce que Garcia appelle des « blocs » ou des « paquets d’éléments » (1982), tels que oui non ou non oui ou encore des combinaisons et des déclinaisons à partir ce couple telles que ah oui non, oui non non, oui oui oui non, que nous pouvons rencontrer fréquemment dans les conversations quotidiennes (Kerbrat-Orecchioni 2001) et que nous avons rencontrés dans notre corpus. Dans les interactions verbales, le sens du couple oui non est rarement compositionnel, c’est-à-dire, rarement issu du sens de oui, d’une affirmation ou d’une confirmation auquel succéderait le sens de non, d’une négation ou d’une infirmation. Cohen (1952 : 48) avait déjà relevé ce « curieux phénomène » qui lui semblait plutôt rare et spécifique au français. De plus, l’actualisation du couple oui non ainsi que ses diverses combinaisons (oui oui non, ah oui non non, etc.) met au jour des dynamiques interactionnelles. Dans cette partie, nous examinerons la combinaison de ces deux unités et leur contribution à la construction collaborative du discours dans une triple perspective sémantique, pragmatique et sociolinguistique en prenant en compte l’ensemble des éléments de la situation de communication.

38Dans notre corpus de réunions de travail, nous avons relevé 125 couples combinant et juxtaposant oui et non sans coordination dans les deux sens (oui non et non oui), répartis de la façon suivante :

Tableau. 1 : Répartition des couples oui non et non oui dans le corpus « Réunions »

oui non

non oui

Total

En début de tour

120

2

122

En fin de tour

3

0

3

Total

123

2

125

  • 10 La taille de ces corpus, étant proche de notre propre corpus, rend nos chiffres comparables.

39Si nous comparons l’actualisation de ces couples dans d’autres corpus, nous pouvons constater que ces chiffres semblent révéler une particularité de notre corpus de réunions de travail (40 heures d’enregistrement et 331 000 mots transcrits). Par exemple, le Corpus de référence du français parlé (36 heures d’enregistrement et 440 000 mots transcrits) compte seulement 14 occurrences du couple oui non et le Corpus de LAngue Parlée en Interaction (CLAPI) en compte 33 (34 heures d’enregistrement et 328 000 mots transcrits)10. Notre corpus présente quelques emplois marginaux de non oui et de oui non en fin de tour de parole mais nous allons nous concentrer ici sur les couples oui non qui introduisent un tour. L’analyse de ce micro-phénomène nous permet de saisir plus amplement les mécanismes de construction collaborative du discours.

40La première valeur que nous pouvons attribuer au couple oui non en début de tour est la valeur sémantique que Cohen a relevée en expliquant que certains couples expriment « un aller et retour affirmation négation » (1952 : 50). Nous pouvons alors identifier chacune des valeurs de oui et de non comme si chaque unité linguistique renvoyait au traitement d’un contenu référentiel particulier. Un locuteur peut également, avec le couple oui non, répliquer à deux autres locuteurs, chaque terme répondant à un locuteur différent. Néanmoins, il semble que nous puissions attribuer d’autres valeurs à ce couple et observer un éventail plus large d’interprétations. La contribution du couple oui non à la construction collaborative du discours peut naître de plusieurs configurations :

  • oui et non ont chacun leur propre valeur pragmatique

  • seul oui est significatif et non sert de charnière entre deux séquences

  • le couple a une valeur pragmatique particulière

3.1. Prise en compte des propos d’un interlocuteur et formule de politesse

41Les éléments de la situation de communication influencent les apparitions du couple oui non (André 2005). La politesse et le respect de chacun sont des règles fondamentales dans cette situation formelle. De plus, l’identité et notamment le statut hiérarchique des participants pèsent inévitablement sur les interactions. Nous pouvons donc supposer qu’il est moins agressif, plus respectueux et plus adapté à la situation de montrer son désaccord à l’aide d’une intervention initiée par oui non plutôt que par une formule plus directe telle que pas du tout ou certainement pas ou simplement non. Pomerantz (1984) a également montré, dans des interactions anglophones, qu’il était préférable, dans de nombreuses situations, de montrer son accord avec son interlocuteur. En cas de désaccord, les locuteurs utilisent souvent des stratégies cherchant à introduire le différend avant de poursuivre le discours (Sacks 1973).

  • 11 Ce qui semble expliquer le peu de non oui dans le corpus.

42Le couple oui non semble alors fonctionner comme un « atténuateur » (Brown et Levinson 1987, Kerbrat-Orecchioni 1992) en commençant par admettre les propositions du locuteur avant de les réfuter11. Cette pratique discursive permet à un locuteur de montrer son désaccord, de nuancer les propos d’un locuteur ou d’apporter un argument contraire de manière appropriée à la situation, dans le respect des individus, de leur statut, de leur position d’expert et dans la déférence. Cette stratégie permet aux locuteurs de modaliser leur discours et de préserver la face de leurs interlocuteurs ou de ne pas la menacer lors d’une prise de position contraire.

Exemple 12 : Les échanges portent sur la construction d’un nouveau bâtiment et des différentes phases de travaux. Les locuteurs évoquent la répartition des tâches, entre entreprises privées et agents du Parc. Le locuteur L2 qui a la responsabilité de l’aménagement des locaux souhaite que les travaux soient terminés avant la fin de l’année 2003. De cette manière les travaux ne seraient pas pris en compte dans le budget 2004.

L1

dans votre esprit c’est travaux 2004

L2

non non non non 2003

L1

2003 aussi

L9

de quoi les bâtiments

L2

oui

L9

ben qui c’est qui les fait qui c’est qui va les faire les bâtiments

L7

l’avant projet ben c’est la *

L9

non d’accord mais c’est une entreprise qui va faire le stockage et les salles de réunion et tout c’est pas les agents du Parc

L2

si ce sera < comme ça

L9

ben ce sera > pas fait avant 2004

L2

ben non pourquoi

L9

ben en été on a autre chose à faire que des bâtiments

L2

et ben non mais au(x) mois de novembre décembre

L9

oui non \ on aura peut-être pas fini non plus en un mois et demi de faire l’aménagement

43Le locuteur L9 ne passe pas d’une affirmation à une négation avec le couple oui non. Oui n’a pas de portée précise et n’est pas employé pour affirmer quelque chose ou pour répondre positivement à une interrogation ou une assertion. Oui semble informer les interlocuteurs, et notamment ici L2, de la prise en compte de leurs propos. Ensuite, L9 introduit un point de vue allant à l’encontre de l’opinion de son interlocuteur qui attribue les seuls mois de novembre et de décembre à l’aménagement des nouveaux bâtiments. Notre analyse converge également avec celle de Morel et Danon-Boileau qui remarque que « curieusement, le « oui » à l’initiale d’une intervention est l’annonce d’un point de vue divergent » (1998 : 99). Le locuteur L9 indique à son interlocuteur L2 qu’il entend bien ses propos et qu’il les prend en considération. L’actualisation de non annonce la suite du discours de L9 et la proposition négative suivante : on aura peut-être pas fini non plus en un mois et demi de faire l’aménagement. L9 tente d’introduire un doute quant à la réalisation de l’aménagement des nouveaux bâtiments pendant la seule période comprenant les mois de novembre et de décembre et par conséquent L9 semble penser que les travaux devront être pris en compte également dans le budget 2004. Nous pouvons préciser que, ici, L2 est le supérieur hiérarchique de L9. Nous pouvons alors émettre l’hypothèse que l’emploi du couple oui non permet à L9 d’exprimer son doute de manière moins brutale. Les enjeux identitaires mis en scène dans la réunion de travail ont une influence sur les pratiques discursives des locuteurs.

44D’autres exemples montrent également que le couple oui non semble pouvoir être interprété comme une formule déférente permettant d’intervenir de manière appropriée à la situation de communication. Dans certains cas, les expressions construites à partir du couple oui non, telles que oui non mais attends/attendez, sont également actualisées afin d’exprimer un désaccord de manière polie et assurer la poursuite du travail collectif. Dans l’exemple suivant, oui non mais attends semble permettre de minimiser les risques de confrontation dans une situation qui l’autorise peu :

Exemple 13 : Dans cette réunion d’encadrement, les deux tours interviennent au cours d’une discussion sur les heures supplémentaires prises en compte dans la retraite des agents. Certains employés accumulent de nombreuses heures supplémentaires six mois avant la fin de leur activité afin d’avoir une masse horaire de travail plus importante dans le calcul de l’indemnité de retraite.

L3

ça veut dire qu’à travail égal un gars comme *P1* devrait avoir un grade de plus que quelqu’un d’autre qui a commencé à 20 ans dans le Parc

L1

oui non mais attends\ module quand même un petit peu ce que tu viens de dire sur les heures supplémentaires parce que c’est pris en compte dans le calcul de la retraite sur les six derniers mois ou les ou la dernière années pour les O.P.A. {Ouvriers des Parcs et Ateliers} hein c’est la dernière année je crois

  • 12 Nous pouvons remarquer que le fonctionnement discursif et interactif de l’expression mais attends s (...)

45Le début du tour oui non mais attends semble accentuer les valeurs pragmatiques induites par la présence de l’impératif attends. Ce dernier a déjà une valeur d’atténuation dans l’exposition de propos divergents dans la mesure où il annonce que le locuteur va apporter des éléments manquants qu’il juge déterminants dans la construction du discours. Morel et Danon-Boileau remarquent que « l’impératif souligne qu’on contraint l’autre à tendre l’oreille vers ce qu’il n’a pas été entendu jusqu’alors » (1998 : 95). Les impératifs attends et attendez sont souvent accompagnés par un des deux termes oui ou non qui accentue leur valeur d’atténuation ou marque une transition entre ce qui vient d’être dit et ce qui va être dit. La formule oui non mais attends peut être analysée comme la construction progressive d’un point de vue divergent. Le oui informe les interlocuteurs que les informations qu’ils viennent de communiquer ont été comprises et sont prises en compte. Le non indique que le locuteur n’est pas d’accord avec ces mêmes informations. Enfin, le bloc mais attends, également fréquemment rencontré dans des situations de conversations quotidiennes, communique aux participants que le locuteur L1 est en possession d’éléments supplémentaires qu’il va apporter12(les heures supplémentaires effectuées par les agents sont comptabilisées dans le calcul de leur retraite) afin de compléter des informations déjà fournies (le calcul de la retraite n’est pas équitable pour tous les agents). L’apport d’informations nouvelles va permettre de conclure. Ainsi, c’est l’accumulation de toutes ces valeurs pragmatiques qui vont préparer l’interlocuteur à l’annonce d’opinions ou de propositions divergentes.

46La présence de oui non mais attends dans l’exemple suivant met également au jour un processus de collaboration :

Exemple 14 : L1 et L4, membres du Parc, consultent leur client représenté par L2 et L3 à propos de la location de matériels.

L4

tu sais qu’on perd de l’argent tu sais pourquoi c’est simplement pour la mise en *

L3

on l’a loué effectivement on l’a loué 20 jours 20 jours

L1

s’il y a que vous qui la louez

L4

20 jours ça fait 200 euros

L3

oui je raconte peut-être

L4

200 euros

L3

mais ça vous en séparez pas

L1

oui non mais attends on peut pas te garantir le prix parce qu’on peut pas si tu veux on peut pas garder des matériels qui sont très peu utilisés et puis perdre de l’argent dessus parce que c’est comme je l’ai déjà expliqué mais je veux pas refaire ma démonstration hein de toute façon on est obligé d’équilibrer nos comptes même que vous preniez telle catégorie tel machin attends je garde les matériels dix ans au lieu de les garder en moyenne cinq ans je vais diminuer les tarifs hein tout dépend de ce qu’on veut d’accord < mais globalement globalement

L3

oui mais *** il y a plus de charge dessus >

L1

hein mais si pourquoi

L4

la charge qu’on a pour les point à temps c’est une charge de main d’œuvre

47Dans cet extrait, l’expression oui non mais attends annonce une proposition à polarité négative et une information délicate pour L3 : on peut pas te garantir le prix. Si nous analysons plus précisément cette expression, nous pouvons isoler chaque terme :

  • oui permet à L1 de montrer à ses interlocuteurs qu’il entend bien leur réclamation,

  • non annonce un désaccord,

  • mais attends introduit les informations ignorées par les interlocuteurs et censées donner raison au locuteur.

48L’actualisation de oui non clôt les multiples et courtes interventions principalement produites par L3 et L4 et ouvre une intervention plus longue de L1. Nous verrons que le couple oui non facilité ce type d’intervention argumentative.

3.2. Adhésion et distance face au collectif

49La valeur pragmatique et interactionnelle que nous appelons adhésion et distance face au collectif est liée aux principaux objectifs des réunions de travail : la consultation des employés, la prise de décision et l’élaboration d’un discours collectif. Le couple oui non semble mettre au jour certains aspects de la collaboration et de l’unité groupale élaborées au sein des réunions de travail. Son actualisation permet au locuteur en place de montrer aux autres participants qu’il adhère à leurs propos en tant que membre du même groupe et de préparer ces mêmes participants à entendre des propos contraires ou allant à l’encontre des avantages et des attentes du groupe. L’exemple suivant montre que le locuteur chargé des décisions financières finales de l’entreprise prend en compte les souhaits du groupe mais le met également en garde face à des attentes trop ambitieuses ou irréalisables :

Exemple 15 : Les représentants syndicaux (L3, L2, L5) tentent de négocier avec le directeur (L1) le lavage de leurs bleus de travail par une société privée.

L3

on a un bleu qui est foutu on repaie pas on leur donne ils en ramènent un neuf

L2

c’est comme qui dirait un leasing comme les bagnoles quoi

L3

on paie pas plus

L5

voilà un peu oui

L1

oui oui non mais ça représente un coût hein quand même tout ça

L2

oui mais que vous n’aurez plus dans l’investissement de départ

50L1 montre, dans un premier temps, sa compréhension des propos du groupe, puis dans un second temps, il marque une distance avec ce même groupe et présente son point de vue en tant que directeur et gestionnaire financier. Ainsi, la séquence constituée par les deux oui pourrait être interprétée non seulement comme une marque de compréhension mais également comme une mise en valeur du collectif dans le sens où le supérieur hiérarchique L1 adhère à l’opinion du groupe. Néanmoins, L1 rappelle que la proposition de changement de ses agents semble trop ambitieuse (non) et reprend sa position de directeur et de décideur pour s’opposer au reste du groupe. L’importance donnée à la « parole » collective ou à l’action collective semble être légitime au sein d’un groupe professionnel, elle conditionne l’efficacité des actions engagées par l’entreprise. Il semble alors que cette « parole » collective influence les pratiques discursives des participants et se manifeste linguistiquement dans ces dernières autant que le pouvoir ou l’autorité du directeur.

3.3. Construction de l’argumentation

51Quelles que soient les valeurs pragmatiques auxquelles les couples oui non sont associés et quels que soient les effets qu’ils produisent dans le discours, la majorité situe l’intervention du locuteur dans une démarche argumentative et permet à celui-ci de construire une argumentation. La construction argumentative introduite par oui non est généralement confirmée par la présence de la conjonction de coordination mais, prononcée immédiatement après le couple oui non, qui est « susceptible de marquer toute opposition, aussi bien personnelle qu’intellectuelle » (Ducrot, Schaeffer 1972 : 92). Le couple oui non ne construit pas seul l’argumentation, mais il est au service de celle-ci et prépare le ou les interlocuteurs à recevoir un mouvement argumentatif. Tous les couples oui non n’introduisent pas une argumentation, néanmoins lorsqu’ils le font oui et non peuvent conserver certaines valeurs pragmatiques que nous avons déjà dentifiées. Le couple oui non joue un rôle dans trois fonctionnements argumentatifs. Il peut :

  • introduire une argumentation

  • avorter une argumentation

  • mettre fin (volontairement ou non) à une argumentation en cours

3.3.1. Introduction de l’argumentation

52Dans l’exemple suivant oui non mais introduit une argumentation :

Exemple 16 : Les locuteurs évoquent certaines des activités réalisées par l’entreprise et reportées dans un tableau.

L4

l’année où j’ai fait ce truc là on en a fait de la pose de bordures à *T18*

L6

oui non mais c’est fini maintenant \

L4

ben c’est fini on peut nous en redemander

L1

est-ce qu’on peut ou pas il faut qu’on soit clair si on en fait plus on en fait plus donc si on risque d’en faire et ben on met à jour le truc

L7

bien sûr

53L’intervention oui non mais c’est fini maintenant de L6 est segmentable en plusieurs unités :

  • oui confirme aux interlocuteurs la bonne réception des propos antérieurs,

  • non introduit à la fois une polarité négative et une charnière entre la compréhension et la réfutation des propos antérieurs,

  • mais annonce un argument venant contredire ou nuancer les propos antérieurs,

  • c’est fini maintenant est l’argument en faveur de la suppression de la catégorie pose de bordures puisque ce n’est plus une activité réalisée par l’entreprise.

Nous pouvons ensuite reconstituer des unités de tailles plus importantes :

  • le couple oui non permet au locuteur de construire et d’introduire son argumentation,

  • mais c’est fini maintenant représente le mouvement discursif réalisé par le locuteur.

54L’argumentation est explicite et développée à la suite de l’actualisation du couple.

3.3.2. Argumentation avortée

55Si le couple oui non permet de situer le locuteur dans une visée argumentative et joue le rôle d’un introducteur d’argumentation, son actualisation ne garantit pas toujours la production d’une argumentation explicite et le développement d’un argument (comme c’est le cas dans l’exemple 16). L’argumentation peut être intentionnellement avortée voire seulement introduite implicitement ou sous-entendue. Le locuteur qui introduit une intention argumentative avec le couple oui non ou sa déclinaison en oui non mais peut volontairement se contenter de cet introductif. L’exemple suivant illustre ce processus stratégique :

Exemple 17 : Les locuteurs expliquent le processus de répartition entre charges fixes et charges variables concernant les véhicules du Parc. L1 et L4 demandent que cette répartition soit contrôlée alors que L6 souligne que tout est déjà contrôlé.

L4

ça il faut le vérifier avec l’analytique

L6

mais non c’est fait ça

L4

on verra on verra

L1

il faut le contrôler quand même il faut le contrôler d’accord

L6

mais tous les ans on le fait ça

L4

oui non mais

L5

en plus il y a beaucoup de matériels en viabilité hivernale

L6

oui

56Dans cet exemple, le locuteur L4 ne semble pas avoir l’intention d’apporter un argument venant justifier sa demande de contrôle et venant s’opposer aux réticences de L6 manifestées par mais tous les ans on le fait ça. L’actualisation de oui non mais semble, d’une part, exprimer le désaccord de L4 avec L6 et, d’autre part, sous-entendre que la nécessité de contrôler est fondée, principalement sur des expériences antérieures non rappelées aux participants.

3.3.3. Conclusif d’argumentation

57Les expressions oui non et oui non mais peuvent également participer à clore ou à conclure une argumentation. Ces expressions peuvent être employées pour conclure sur un accord ou un désaccord entre les participants simplement en renvoyant à des enchaînements argumentatifs antérieurs. Le conclusif d’argumentation introduit par le couple oui non peut également être actualisé afin de montrer aux interlocuteurs que la démarche argumentative qu’ils ont entreprise est suffisante et peut s’interrompre ou prendre fin. Ce conclusif peut même être actualisé pendant la démonstration argumentative pour signaler aux locuteurs en place qu’elle est inutile soit parce qu’elle est déjà comprise et que les arguments sont déjà acceptés par le locuteur qui produit le conclusif soit parce qu’elle n’aura pas d’influence sur les décisions finales.

Exemple 18 : Les locuteurs-clients L2 et L3 tentent de justifier leur demande de véhicule deux places.

L3

si les agents ils sont là moi la voiture elle est à exploitation ils prennent la voiture dans la journée quand ils en ont besoin s’ils ont de la faïence ils la mettent s’ils ont quelque chose à soit l’un soit l’autre le magasinier il prend la voiture il met ce qu’il veut dedans

L2

ouais

L3

non puis qu’on ait qu’on ait un certain nombre de voitures équipées en quatre places pour faire pour aller en formation pour faire les liaisons pour faire n’importe quoi ça pose pas de problème mais dès l’instant que l’on utilise pas on en a déjà en quatre places pour faire tout ce qui est tout ce qui est liaison je vois pas l’intérêt d’avoir tout des quatre places si c’est pour retrousser les sièges ou les démonter quoi

L1

oui non mais d’accord

L3

mais à la limite si la quatre places coûte moins cher on prend une quatre places et on démonte les banquettes mais je vois pas c’est un peu de la fumisterie aussi quoi

L2

non mais c’est ridicule quoi

L3

c’est ridicule c’est sûr

L2

voilà bon

58En produisant oui non mais d’accord, d’une part, le locuteur L1 montre sa compréhension et éventuellement son accord avec les propos de ses interlocuteurs et, d’autre part, il tente de mettre fin à l’argumentation de L3, soutenue par L2 qui produit une marque d’approbation (ouais). Cette intervention de L1 cherche à avertir les interlocuteurs que leur argumentation n’est pas utile ou est devenue inutile. Nous pourrions émettre l’hypothèse que les propos tenus par L3 auraient suffi à convaincre L1 du besoin d’un véhicule deux places. Le couple oui non participe à la conclusion d’une démarche argumentative. Dans cet exemple, la conclusion est hétero-déclenchée, c’est-à-dire qu’elle est réalisée par un locuteur n’étant pas engagé dans la démarche argumentative.

59Ainsi, l’analyse du couple oui non dans les interactions verbales fait apparaître deux fonctions : interactionnelle et argumentative. Un même couple oui non peut remplir l’une ou l’autre de ces fonctions ou cumuler les deux. Nous avons vu que ce couple peut posséder plusieurs valeurs sémantiques et pragmatiques : aller et retour affirmation et négation, prise en compte des propos de l’interlocuteur, marque d’adhésion ou encore de distance par rapport au groupe dans lequel se trouve le locuteur. Le couple oui non est également utilisé pour préparer l’interlocuteur à recevoir des propos divergents et pour construire, avorter ou conclure une argumentation. Quelles que soient les valeurs associées au couple oui non, il semble qu’elles convergent toutes vers un objectif plus large de construction collaborative du discours. Les attentions portées aux locuteurs et au collectif de travail, les précautions prises par les locuteurs envers leurs collaborateurs ou encore l’économie de discours que permet l’actualisation du couple oui non, participent à l’élaboration d’un discours tourné vers l’action conjointe des interactants.

Conclusion

60Loin de représenter des perturbations dans la construction des échanges, les reprises et l’introduction des tours de parole par le couple oui non participent, au contraire, à la construction collaborative du discours. Dans ce même numéro, Kerbrat-Orecchioni et De Chanay analysent également l’interruption comme une ressource interactionnelle précieuse et efficace et pas seulement comme une simple perturbation du système d’alternance des tours. Il existe une grande variété d’actions permettant aux locuteurs de collaborer pour construire leur discours. Les analyses micro-linguistiques et socio-interactionnelles des reprises diaphoniques réitératives et des actualisations du couple oui non montrent que ces pratiques langagières sont à la fois les sources et les traces de la collaboration discursive entre les locuteurs. Elles s’actualisent dans un réseau d’interactants engagés dans des logiques d’actions conjointes.

61L’analyse sociolinguistique des interactions verbales des réunions de travail met en lumière les multiples interinfluences qui pèsent sur le déroulement interactionnel et linguistique des discours interactifs oraux, c’est-à-dire sur la façon dont les locuteurs interagissent et sur les productions verbales qu’ils actualisent pour interagir. Les réunions de travail sont des lieux privilégiés pour observer les interinfluences et les corrélations entre éléments linguistiques, interactionnels, praxéologiques et situationnels. Les éléments de la situation de communication, tels que l’identité des participants, les objectifs des interactions, les normes interactionnelles ou le genre discursif redéfinissent les activités discursives. Ces activités, telles qu’apporter des informations nouvelles, exprimer son point de vue, marquer son accord, faire adhérer ses partenaires à son opinion ou construire une argumentation, orientent les pratiques discursives, telles que les reprises ou l’emploi du couple oui non, produites par les locuteurs. Réflexivement, les spécificités linguistiques et interactionnelles de ces mêmes pratiques donnent sens aux activités discursives prescrites par le genre de discours et participent à la redéfinition de la situation de communication.

Haut de page

Bibliographie

André, V. (2005) : « Oui non : une pratique discursive sous influence », Marges linguistiques, 9, p. 195-213. Archive « Marges linguistiques » (2001-2006). Supplément de Texto ! [en ligne], janvier 2007. Disponible sur : http://www.revue-texto.net/marges/. (Consultée le 15 juin 2010).
— (2006) : Construction collaborative du discours au sein de réunions de travail en entreprise : de l’analyse micro-linguistique à l’analyse socio-interactionnelle. Le cas d’un Parc départemental de l’Equipement. Thèse de Doctorat. Université Nancy 2.

Apotheloz, D. (2001) : « Les formulations collaboratives du texte dans une rédaction conversationnelle : modes d’expansion syntaxique, techniques méta-langagières, grandeurs discursives manipulées, etc. ». In Gaulmyn M.-M. de, Bouchard R., Rabatel A., Le processus rédactionnel. Ecrire à plusieurs voix. Paris : L’Harmattan, pp. 49-66.

Aston, G. (1988): Negotiating Service, Bologna: CLUEB.

Boden, D. (1994): The Business of talk: organization in action, London: Polity Press.

Boutet, J. (éd.) (1995) : Paroles au travail. Paris : L’Harmattan.
— (2008) : La vie verbale au travail. Des manufactures aux centre d’appels, Toulouse : Octarès Editions.

Brown, P., Levinson, S. (1978): « Universals in language use: Politeness phenomena », in Goody E. (Ed.), Questions and politeness. Strategies in social interaction, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 56-289.

Clark, H. H. (1996): Using Language. Cambridge : Cambridge University Press.

Clot, Y., Faita, D. (2000) : « Genres et styles en analyse du travail. Concepts et méthodes », Travailler, 4, pp. 7-42.

Cohen, M. (1952) : « Emplois nouveaux de oui et non en français », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, Tome 48, Fascicule 1, pp. 40-51.

De Gaulmyn, M.-M. (1987a) : « Actes de reformulation et processus de reformulation », in Bange P. (Ed.), L’analyse des interactions verbales. La dame de Caluire : une consultation, Berne : Peter Lang, pp. 83-98.
— (1987b) : « Reformulation et planification métadiscursives », in Cosnier J. et Kerbrat-Orecchionic. (Ed.), Décrire la conversation, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, pp. 167-198.

Dostie,G. (2004) : Pragmaticalisation et marqueurs discursifs. Analyse sémantique et traitement lexicographique, Bruxelles : Duculot / De Boeck, Coll. Champs linguistiques.

Drew, P., Heritage, J. (Eds) (1992): Talk at Work. Interaction in Institutional Settings. Cambridge: Cambridge University Press.

Ducrot, O. et al. (1980) : Les mots du discours, Paris : Les éditions de minuit.

Ducrot, O., Schaeffer, J.-M. (1972/1995) : Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris : Editions du Seuil.

Fuchs, C. (1994) : Paraphrase et énonciation, Paris : Ophrys.

Garcia, C. (1982) : « Interaction et analyse du discours. Etude comparative de débats entre adolescents », Etudes de Linguistique Appliquée, 46, pp. 98-118.

Gilbert, M. (2003) : Marcher ensemble. Essais sur les fondements des phénomènes collectifs, Paris : Presses Universitaires de France.

Goffman, E. (1974) : Les rites d’interaction, Paris : Les Editions de minuit.

Gülich, E., Kotschi, T. (1987) : « Les actes de reformulation dans la consultation La Dame de Caluire », in Bange P. (Ed.), L’analyse des interactions verbales. La dame de Caluire : une consultation, Berne : Peter Lang, pp. 15-81.
— (1995, « Discourse Production in Oral Communication », in Quasthoff U.M. (Ed.), Aspects of Oral Communication, Berlin : De Gruyter, pp. 30-66.

Gumperz, J. (1989) : Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative, Paris : L’Harmattan.

Heritage, J. (1995): « Conversation Analysis. Methological aspects », in Quasthoff U.M. (Eds.), Aspects of Oral Communication, New York: Walter de Gruyter, pp. 391-418.

Hymes, D. (1972): « Models of the interaction of language and social life », in Gumperz J., Hymes D. (Eds), Directions in Sociolinguistics. The Ethnography of Communication, Oxford: Basil Blackwell, pp. 35-71.

Jeanneret, T. (1999) : La coénonciation en français, Bern : Peter Lang.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1990) : Les interactions verbales, Tome I, Paris : Armand Colin.
— (1992) : Les interactions verbales, Tome II, Paris : Armand Colin.
— (2001) : « Oui, Non, Si : un trio célèbre et méconnu », Marges linguistiques, 2, pp. 95-119.
— (2005) : Le discours en interaction. Paris : Armand Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C., Plantin, C. (Eds) (1995) : Le trilogue, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Mondada, L. (2001) : « La concertation entre experts : diagnostics de chirurgie en visioconférence », in Pene, S., Borzeix, A., Fraenkel, B., Le langage dans les organisations. Une nouvelle donne, Collection Langage et Travail, Paris : L’Harmattan, pp. 221-244.

Morel, M.-A., Danon-Boileau, L. (1998) : Grammaire de l’intonation. L’exemple du français, Paris : Editions Orphrys, Bibliothèque de faits de langues.

Plantin, C. (1982) : « Oui et non sont-ils des « pro-phrases » ? », Le Français moderne, 50, n° 3, pp. 252-265.

Pomerantz, A. (1984): « Agreeing and disagreeing with assessment: some features of preferred/dispreferred turn shapes », in Atkinson, J.M., Heritage, J. (eds.), Structure of Social Action: Studies in Conversation Analysis. Cambridge : Cambridge University Press.

Roulet, E. (1985) : « Structures hiérarchiques et polyphoniques du discours », in Roulet E. et al., L’articulation du discours en français contemporain, Berne : Peter Lang, pp. 9-84.

Sacks, H. (1973/1987): « On the preferences for agreement and contiguity in sequences in conversation », in Button G. and Lee J. R. (Eds.), Talk and social organisation, Clevedon, UK: Multilingual Matters, pp. 54-69.
— (1992): Lectures on conversation. Edited by Gail Jefferson, (1964-1972), Oxford: Basil Blackwell, 2 volumes.

Schegloff, E.A. (1979): « The relevance of repair to syntax-for-conversation », in Givon T. (Ed.), Syntax and semantics 12: Discourse and syntax, New York: Academic Press, pp. 261-288.
— (1982): « Discourse as an interactional achievement: some uses of “uh huh” and other things that come between sentence », in Tannen D. (Ed.), Analyzing discourse: Text and Talk, Washington: Georgetown University Press, pp. 71-93.

Schegloff, E. A, Jefferson, G., Sacks, H. (1977): « The preference for self-correction in the organization of repair in conversation », Language, 53, pp. 361-382.

Tannen, D. (1989): Talking Voices. Repetition, Dialogue and Imagery in Conversational Discourse, Cambridge/New York: Cambridge University Press.

Vion, R. (1992/2000) : La communication verbale. Analyse des interactions, Paris : Hachette Supérieur.
— (2005) : « Reprises et Modes d’implication énonciative », communication présentée au colloque Répétitions, Reprises et Reformulation. Quels usages dans les interactions verbales ?, Paris, les 1er et 2 avril 2005.

Haut de page

Annexe

Conventions de transcription

+

pause

<...>

chevauchement de paroles

\

intonation descendante

/

intonation montante

*

syllabe inaudible

***

suite de syllabes inaudibles

[...]

variantes morphologiques indécidables

{...}

commentaires

*C*

anonymisation d’un chiffre

*P*

anonymisation d’un patronyme

*T*

anonymisation d’un toponyme

Haut de page

Notes

1 Consciente de la connotation péjorative de ce terme en France, l’auteure évoque également un « syncrétisme méthodologique » assumé par de nombreux auteurs tels que Aston (1988) ou Heritage (1995).

2 Notre enquête a été réalisée en 2003. Les DDE sont devenues Directions Départementales des Territoires et dépendent du ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer.

3 Correspondant à une transcription de 331.000 mots.

4 Nous utiliserons également le terme de « hétéro-reprise ».

5 Dans notre étude André (2006), nous avons notamment observé que les normes interactionnelles des réunions de travail influencent les prises de parole, ces dernières sont souvent sollicitées par l’animateur de la réunion. En outre, notre étude a également montré que les participants « occasionnels » (présents notamment afin de remplacer les participants « habituels ») prennent moins souvent la parole et avouent rencontrer des difficultés pour le faire.

6 Les données situationnelles recueillies ont notamment permis d’identifier les participants (leurs rôles, leurs statuts, leurs relations, etc.).

7 Il semble que L6 reprenne anaphoriquement « un truc de lame » avec « le » et que L1 reprenne soit « la pièce » soit « lame » avec « la ».

8 Pour une meilleure compréhension, nous avons ajouté des interventions ayant eu lieu quelques tours auparavant.

9 Nous reprenons la définition de Ducrot donnée lors de l’interprétation de non dans l’analyse d’un exemple.

10 La taille de ces corpus, étant proche de notre propre corpus, rend nos chiffres comparables.

11 Ce qui semble expliquer le peu de non oui dans le corpus.

12 Nous pouvons remarquer que le fonctionnement discursif et interactif de l’expression mais attends semble être proche de celui des expressions écoute ou écoutez en français. Ces dernières auraient perdu une partie de leur sens et se seraient « pragmaticalisées » (Dostie, 2004).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Quatre types de reprises dans le discours
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://pratiques.revues.org/docannexe/image/1657/img-2.png
Fichier image/png, 6,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie André, « Eléments de construction collaborative du discours au sein de réunions de travail : la reprise et le couple oui non », Pratiques, 147-148 | 2010, 199-222.

Référence électronique

Virginie André, « Eléments de construction collaborative du discours au sein de réunions de travail : la reprise et le couple oui non », Pratiques [En ligne], 147-148 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://pratiques.revues.org/1657 ; DOI : 10.4000/pratiques.1657

Haut de page

Auteur

Virginie André

ATILF – Nancy Université & CNRS Equipe Crapel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • Revues.org